Montréal-Nord

Fillette happée mortellement: «C’était connu que l’endroit était dangereux»

Une voiture de police du SPVM.
Photo: Anouk Lebel / Métro

La collision qui a coûté la vie à une fillette de 2 ans à Montréal-Nord mercredi matin est la 5e collision mortelle survenue sur le territoire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) cette année et de la 12e sur le territoire de Montréal-Nord au cours des 10 dernières années. Une association de résidents réclame la sécurisation de l’intersection mise en cause.

La communauté de Montréal-Nord est encore sous le choc à la suite de l’accident mortel ayant emporté une fillette de 2 ans hier. Au moment de la collision, sa mère, qui la transportait dans une poussette, traversait l’intersection des rues Fleury et des Récollets, où quatre autres accidents sont déjà survenus, en 2019 et 2020.

«C’est d’une tristesse inouïe, a réagit Julie-Anne Moreau, porte-parole de l’Association pour la mobilité sécuritaire de Montréal-Nord (AMSMN). C’était connu que l’endroit était dangereux. Il n’y avait pas de stops ou de lumières pour permettre aux piétons de traverser de façon sécuritaire», a-t-elle dénoncé, en entrevue avec Métro.

Moins de réactions, plus de mesures sérieuses

La mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord, Christine Black, a rappelé sur les réseaux sociaux la mise en place de diverses mesures de sécurité par l’Arrondissement: «silhouettes grandeur nature d’écoliers au centre de plusieurs rues de l’arrondissement»; «plus de 70 dos d’âne [qui] seront ajoutés d’ici la fin de l’été»; ainsi que «de nouvelles avancées de trottoirs et traverses piétonnes».

Trop peu trop tard, selon l’AMSMN. «Il y a un supermarché, un parc pour enfants. Plusieurs personnes traversent là, rappelle Julie-Anne Moreau. Il faut arrêter d’avoir une administration qui est uniquement réactive. [Elle doit être] plus axée sur l’avenir que sur ce qui vient de se passer», ajoute-t-elle, déplorant les mesures peu «sérieuses» ayant été mises en place par le passé à la suite d’accidents mortels.

«Un homme avait été tué en 2018 [par un camion] sur le boulevard Gouin, à l’intersection de la rue London. On attendait des mesures, mais aucune n’a été faite, mise à part la réduction de vitesse à 30 km/h sur Gouin», dénonce la porte-parole, qui juge que les nouvelles mesures prises par l’Arrondissement manquent d’ambition.

«L’ajout de 70 dos d’ânes n’est pas assez. Il faut ajouter des arrêts pour diminuer la circulation de transit, et ajouter [davantage] de trottoirs pour les piétons», soutient-elle.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet