Local
09:34 1 juin 2020 | mise à jour le: 1 juin 2020 à 09:34 temps de lecture: 3 minutes

La gestion du soutien logistique critiquée à Denis-Benjamin-Viger

La gestion du soutien logistique critiquée à Denis-Benjamin-Viger
Photo: ArchivesL’armée canadienne critique le manque de soutien logistique au CHSLD Denis-Benjamin-Viger.

L’approvisionnement de matériel de protection individuelle semble être suffisant au CHSLD Denis-Benjamin-Viger de L’Île-Bizard. Toutefois, l’accès au matériel est déficient notent les Forces armées canadiennes dans leur rapport rendu public la semaine dernière.

Les militaires ont observé que le soutien logistique ne serait pas toujours disponible dans les zones chaudes.

«Le matériel ne semble pas être disponible sur les étages et les employés se retrouvent à faire le tour des étages afin de se procurer l’équipement requis. Le point a été soulevé à la direction et le personnel devrait noter des améliorations prochainement», peut-on lire dans le document.

Quelque 40 soldats sont déployés au centre d’hébergement de soin de longue durée de la rue Cherrier depuis le 6 mai. À leur arrivée, le nombre de résidents infectés était de 42 sur un total de 121, soit 35%.

En date du 19 mai, 40 résidents avaient testé positif à la COVID-19 sur les 119 toujours hébergés, soit 34%. «La stabilisation semble être due à de bonnes mesures de contrôle, un resserrement de pratiques du port de l’équipement de protection individuelle (ÉPI) et le décès regretté de nombreux résidents infectés», est-il soulevé.

Les ratios résidents/professionnels de la santé ne semblent pas tous comblés sur les différents quarts de travail. Les équipes de soins de l’armée couvrent 33% des positions, dont une infirmière et deux préposés aux bénéficiaires sur leur unité durant leur quart de travail.

Hôpital Sainte-Anne

Quelque 414 personnes résident à l’Hôpital Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-Bellevue. Le taux de contagion y est présentement nul. Un seul résident a contracté le coronavirus et il en est depuis guéri.

Ce résultat semble être dû aux «excellentes mesures de contrôle et des bonnes pratiques de l’ÉPI», selon les FAC.
Depuis l’arrivée de 14 militaires, le 20 avril, les ratios se sont rétablis alors que certains employés sont de retour au travail. Le CHSLD, maintenant sous juridiction provinciale, possède désormais 100% de ses effectifs chez les préposés aux bénéficiaires.

Le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île admet que les observations des FAC concordent avec celles de ses équipes sur le terrain.

«La situation s’est stabilisée, la collaboration est excellente avec les équipes militaires, mais que le défi lié au manque de personnel demeure, malgré le retour progressif du personnel de soin qui était en isolement», a fait savoir l’établissement par courriel.

Outre les CHSLD Denis-Benjamin-Viger et Sainte-Anne, trois autres établissements du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île ont reçu des renforts des FAC, soit le Les Floralies, le Centre Grace-Dart et le CHSLD Nazaire-Piché. Ils avaient été identifiés en raison d’un manque important de personnel.

35

Malgré que la situation est relativement stable, même si critique au CHSLD Denis-Benjamain-Viger. Le nombre de cas de COVID-19 se maintient autour de 35% depuis le début de la pandémie. En date du 19 mai, on comptait 40 résidents infectés sur les 119 toujours hébergés.

Articles similaires