Local
18:33 22 décembre 2020 | mise à jour le: 22 décembre 2020 à 19:13 temps de lecture: 3 minutes

Sainte-Anne-de-Bellevue protège un boisé de 3000 m²

Sainte-Anne-de-Bellevue protège un boisé de 3000 m²
Photo: François Lemieux/Cités NouvellesLe boulevard Morgan sera prolongé vers le nord sur environ 600 mètres, à Sainte-Anne-de-Bellevue.

En raison de sa grande valeur écologique, un boisé du secteur nord de Sainte-Anne de Bellevue sera protégé. Le trajet de prolongement du boulevard Morgan jusqu’à la rue Daoust devra être dévié pour l’éviter.

L’espace vert a une superficie de près de 3000 m², soit l’équivalent d’un peu plus de la moitié d’un terrain de football américain. À l’origine, le tracé du boulevard Morgan devait être allongé en ligne droite vers le nord, sur environ 600 mètres.

Finalement, une courbe vers l’Est sera aménagée. La distance sur laquelle l’extension du boulevard sera déviée n’est pas très importante, selon la mairesse, Paola Hawa.

«Quand on a fait les études au début, ce boisé n’avait pas été qualifié comme ayant une valeur écologique très élevée. On a refait le plan d’urbanisme et en fin de compte, il a été désigné comme tel», indique le directeur général de la Ville, Martin Bonhomme.

Adopté en juillet 2017, le Programme particulier d’urbanisme (PPU) prévoit un total d’au plus 550 maisons en rangées et multiplex ainsi qu’un écocampus pour les 231 hectares encore vierges au nord de l’autoroute 40, dont la moitié serait conservée.

Environnementalistes

Par le passé, les groupes environnementalistes Coalition verte et Sauvons l’Anse-à-l’Orme ont milité en faveur de la conservation de l’entièreté des espaces verts du secteur nord de Sainte-Anne-de-Bellevue.

La décision d’en protéger une partie est toutefois saluée. «Mme Hawa essaie autant qu’elle peut de conserver les éléments en place. J’ai confiance que le conseil fait preuve du meilleur jugement possible dans les circonstances. Ils ne peuvent agir complètement librement. Ils ont des contraintes», dit le porte-parole de la Coalition verte, David Fletcher.

Même si elle souhaiterait également voir l’ensemble des terrains être protégés, la porte-parole du groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme, Sue Stacho, affirme que toute nouvelle mesure de conservation est la bienvenue.

«Le plus sera le mieux. Est-ce là un autre pas dans la bonne direction dans l’optique de garder cette zone en tant qu’espace vert ? Je l’espère», mentionne-t-elle en entrevue.

Ces dernières années, Mme Stacho a également milité pour protéger les espaces verts de Pierrefonds-Ouest, qui étaient visés par un immense projet immobilier de 5500 portes.

Articles similaires