Ouest-de-l'Île
09:07 20 mai 2014 | mise à jour le: 21 novembre 2014 à 12:20 temps de lecture: 3 minutes

Babylones lance un mini-album de pop dramatique

Des bandes de guitares mordantes, une ligne de basse lourde et sensuelle ainsi que des synthétiseurs aux airs mystérieux. Voilà un aperçu du contenu du nouveau mini-album de la formation Babylones.

Le quatuor, dont les membres sont originaires de l’Ouest-de-l’Île, a lancé son premier mini album le 13 mai. Inspirée par la musique des années 1960 et 1970, l’attitude rock britannique et la chanson québécoise, la formation dit faire dans la pop angoissante.

«Ça fait un an et demi qu’on travaille sur cet album et depuis les débuts on parle de cet aspect qui nous caractérise, a lancé le chanteur de Babylones Benoît Philie. On a intégré de la tension à chacune des tounes

Leur extended play souvent appelé EP contient six plages audio en français. Benoît écrit et compose les pièces avec son acolyte des dix dernières années Charles Blondeau. Ex-membres du groupe rock progressif Erewhon, les deux musiciens sont contents du résultat final.

«Je ne m’attendais pas à ça. Pour nous, c’est un bon premier pas. Un moyen pour que les gens écoutent notre musique. On met une volonté au-delà du hobby», a souligné Benoît Philie.

En 2012, ils ont mis un terme à leur ancien groupe pour se concentrer sur l’écriture de chansons pop. Peu après Mathieu Edward, à la basse et Benoît Parent, aux claviers et aux guitares, se sont joints à la formation. Pour le mini album, Babylones a aussi fait appel à la chanteuse Grenadine pour la pièce L’amour en Corée du Nord.

La formation a travaillé avec le multi-instrumentiste George Donoso pour réaliser l’album. «Notre réalisateur savait comment nous mettre dans le “mood”, a partagé Charles Blondeau. Faire un album, c’est stressant. Ça prend du temps et on a investi de l’argent là-dedans. George Donoso était une autre paire d’oreilles. Il nous a apporté du soutien et nous a amené à prendre un certain recul par rapport à ce qu’on fait.»

Pour la formation, le nouvel EP représente une carte de visite pour se faire connaître. «On a eu une subvention de Musique Action pour réaliser ce projet, mentionne Benoît Philie. Le EP est un premier pas dans l’industrie. En juin, on rentre à nouveau en studio pour travailler sur de nouvelles chansons.»

Spectacles à l’agenda

Le 10 mai, les membres étaient de passage à Toronto dans le cadre du festival Canadian Music Week où ils ont pu présenter leur matériel à des diffuseurs canadiens. En août, le groupe sera à Chicoutimi. Les membres se disent ouvert à prendre part à divers événements musicaux.

Résident de L’île-Bizard, Charles Blondeau se rappelle avoir participé au spectacle de la Saint-Jean en 2011 au parc Eugène-Dostie. À l’époque il promenait les chansons de son groupe rock progressif Erewhon avec Benoît Philie et Mathieu Edward.

Le nouveau groupe a dix spectacles à son actif, dont une participation aux Francouvertes et à un événement de financement du parti Projet Montréal où ils ont pu partager la scène avec Patrick Watson, Yann Perreau et plusieurs autres artistes.

http://babylones.bandcamp.com/