Ouest-de-l’Île
17:18 7 juillet 2016 | mise à jour le: 7 juillet 2016 à 17:43 Temps de lecture: 2 minutes

Anthony Duclair s’implique auprès des sans-abris

Anthony Duclair s’implique auprès des sans-abris
Photo: Isabelle Bergeron/TC MediaAnthony Duclair des Coyotes de l'Arizona eu joueur un match de hockey amical contre les itinérants de la mission Bon Accueil.

Le joueur de hockey des Coyotes de l’Arizona originaire de Pointe-Claire, Anthony Duclair, a aidé à sa manière les sans-abris de la métropole en disputant un match de hockey-balle amical avec des clients de la Mission Bon Accueil, le 5 juillet.

L’événement avait pour but d’encourager les clients du programme de réinsertion sociale à poursuivre leurs efforts. Une quinzaine d’entre eux se sont réunis dans le stationnement de la Mission, rue de Courcelle.

«Je suis très excité de pouvoir redonner à la communauté, car c’est vraiment important pour moi. Je suis pas mal privilégié et je l’étais aussi étant jeune. Je sais par contre comment c’est difficile des fois d’être dans des circonstances un peu moins privilégiées. Alors je suis pas mal content d’aider un peu», a expliqué l’ailier gauche de 20 ans.

Le programme de réinsertion sociale de la Mission des hommes permet à environ une douzaine de sans-abris de quitter la rue chaque année.

«Ça donne l’opportunité aux gars d’être encadrés dans un milieu positif et avec des ressources à travers la ville. On offre le soutien, une place où demeurer, la nourriture, des services pour les aider», indique Farell Duclair, le directeur de la Mission des hommes de la Mission Bon Accueil et oncle du joueur de hockey vedette.

Témoignage
Âgé de 56 ans, Jacques Desjardins s’est présenté à la Mission Bon Accueil il y a 14 mois, désirant quitter la rue. Le programme de réinsertion lui a permis de commencer à travailler comme aide-cuisinier à la Mission des hommes.

«Ce qui m’impressionne dans la Mission Bon Accueil, c’est que leurs programmes fonctionnent. Ils ont plusieurs intervenants, dont des psychologues. On se sent soutenu. Moi, ça m’a beaucoup aidé à me remettre sur la bonne voie», raconte-t-il.

Fondée en 1892, la Mission Bon Accueil offre une multitude de programmes afin d’appuyer les itinérants, les filles-mères, les familles, les enfants et les jeunes.

Articles similaires