Outremont & Mont-Royal
15:36 20 juin 2018 | mise à jour le: 20 juin 2018 à 15:44 temps de lecture: 4 minutes

Le chantier du REM en préparation à Outremont

Le chantier du REM en préparation à Outremont
Photo: Métro Média - Isabelle BergeronL'édicule de la station de métro Édouard-Montpetit, côté du pavillon Marie-Victorin, est fermé pour les quatre prochaines années. Les deux autres accès vers le métro sont maintenus.

L’un des plus importants chantiers pour la réalisation du Réseau express métropolitain (REM) commence tranquillement à se mettre en branle, à Outremont. La fermeture de l’édicule de la station métro Édouard-Montpetit, face au pavillon Marie-Victorin de l’Université de Montréal, le 16 juin, donne le coup d’envoi à ces travaux qui s’échelonneront jusqu’en 2022.

La tâche s’annonce colossale pour les dizaines de travailleurs de la firme NouvLR, choisie par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) Infra pour le contrat de construction-ingénierie du REM. Ils devront creuser jusqu’à 70 m de profondeur pour y sortir 30 000 mètres cubes de roc.

«Il faut descendre de 20 étages pour aller rejoindre le tunnel du mont Royal qu’on va moderniser parce qu’on installe un système de métro léger automatisé. En dessous, on va construire toute la station. C’est un chantier important en raison de la connexion avec la ligne bleue», explique le porte-parole de la CDPQ Infra, Jean-Vincent Lacroix.

La future station deviendra la seconde plus profonde en Amérique du Nord après la Washington Park.

L’excavation jusqu’au tunnel devrait durer 18 mois. Les premiers forages commenceront en août et au même moment l’édicule sera démoli. D’ici là, la STM s’affaire à désinstaller ses équipements de cette partie de la station, tout en laissant la ligne bleue fonctionnelle.

Impacts
Ces travaux ne seront pas sans conséquence pour les riverains et passants du secteur alors que la poussière sera au rendez-vous et que le bruit s’intensifiera.

«On va clôturer l’ensemble du chantier. On va aussi aménager des murs acoustiques de 12 pieds de haut dans l’objectif de prévenir les impacts sonores tant chez les utilisateurs du pavillon, l’école Saint-Germain-d’Outremont et les résidents», expose l’ingénieur à la CDPQ Infra, Jean-Philippe Pelletier.

Un couloir limité par un écran acoustique sera aménagé sur l’avenue Vincent-d’Indy. Chaque jour, une vingtaine de camions y passera pour aller ramasser le roc. Le chantier viendra donc empiéter sur la piste cyclable, les cases de stationnement et le trottoir, entre l’école et le boulevard Mont-Royal.

Les cyclistes et les piétons devront emprunter l’autre côté de la rue, mais aucune voie de circulation automobile ne sera fermée.

«Le plus grand défi sera de s’inscrire au travers des infrastructures, le pavillon, la station de métro et les conduites d’aqueduc. C’est de réussir à construire tout en mitigeant les impacts sur les riverains», indique M. Pelletier.

Pour réduire le bruit et la poussière, la CDPQ Infra utilisera un brumisateur, des matelas pare-éclat visant à retenir les débris au moment de l’excavation et une benne basculante qui permet de déposer le roc plus doucement dans les camions.

Action sous terre
À partir de la fin septembre, deux détonations par jour, une le matin et l’autre le soir, se feront entendre. En été, les travaux auront lieu de 7h à 19h tandis que dès l’automne ils pourraient s’étendre jusqu’à 22h.

Douze coups de sifflet avertiront le public du début du sautage. Tout autour du couloir formé dans le sol par le forage, des zones de vide seront créées pour limiter les vibrations.

Au fil du chantier, l’action sera de moins en moins visible alors que les travaux se dérouleront sous terre. «Les premiers mois, c’est là qu’on aura le plus d’efforts à faire sur le plan de la mitigation. Plus on descend profondément, plus on se retrouve naturellement à isoler et moins ça va être audible», fait valoir M. Pelletier.

D’ailleurs, quand les travailleurs auront atteint le tunnel du Mont-Royal en août 2019, le roc sortira par l’un des deux tronçons ferroviaires fermé aux trains de banlieue.

NouvLR devra respecter une limite de 55 à 45 décibels selon le moment de la journée. La CDPQ Infra fera aussi des suivis des vibrations. Un comité bon voisinage sera également mis en place.

Calendrier du chantier

  • Juillet 2018: travaux préparatoires
  • Fin août 2018: travaux de démolition de l’édicule ensuite excavation du puits
  • Hiver 2019: excavation des galeries de ventilation, du lobby et de la mezzanine
  • Automne 2019: excavation par le tunnel, construction de la station et des équipements tels que les ascenseurs.

 

Articles similaires