Outremont & Mont-Royal
10:11 29 avril 2015 | mise à jour le: 29 avril 2015 à 10:11 Temps de lecture: 3 minutes

Expo-Sciences Hydro-Québec: la maladie de Lyme expliquée par les sœurs Lacroix

Expo-Sciences Hydro-Québec: la maladie de Lyme expliquée par les sœurs Lacroix

Pour le concours Expo-Sciences Hydro-Québec, les jumelles Sophie et Marie-Pier Lacroix, de l’école secondaire Pierre Laporte, ont testé les connaissances de 23 médecins sur la maladie de Lyme. Leur moyenne: 65%, «comme quoi la maladie est encore méconnue au Québec».

Leur projet de vulgarisation et d’expérimentation sur la maladie de Lyme pour lequel elles ont remporté la médaille d’argent de la Catégorie junior à la finale provinciale, mènera les sœurs en finale canadienne de l’Expo-Sciences Hydro-Québec, qui se tiendra à Fredericton au Nouveau-Brunswick du 9 au 16 mai prochain.

Le processus
Inspirées par la triste histoire de l’une de leur enseignante et en tant que fans de l’émission Découverte, les sœurs Lacroix ont entrepris de réaliser un projet qui vulgariserait cette maladie.

La maladie qui se transmet par la piqûre d’une tique infectée a gagné du terrain au Québec dans la dernière décennie expliquent les jumelles.

«Suite au changement climatique, la souris à patte blanche est montée des États-Unis vers le Nord accompagnée de la tique Ixodes scapularis. Un parasite qui transmet la bactérie qui cause la maladie de Lyme», explique Marie-Pier.

Pour tester les connaissances des médecins sur le sujet, les jeunes filles ont élaboré un questionnaire de 20 questions qui mesurait le niveau de compétence des médecins sur le sujet.

En tout, 23 médecins de l’ordre des médecins du Québec, ayant déjà soigné des patients atteints de la maladie se sont mouillés.

Une fois les résultats compilés, les jeunes filles savaient qu’elles tenaient quelque chose.

«Ils ont eu 65% en moyenne, ça démontre que l’on doit parler davantage de cette maladie», expliquent-elles.

«Notre professeure a dû rencontrer plusieurs médecins avant d’avoir un diagnostic de la maladie de Lyme. À cause de ça, elle s’est retrouvée à un stade plus grave de la maladie», ajoute la jeune Marie-Pier.

Le projet leur a permis de remporté la médaille d’or du niveau régional de la compétition

L’amour des sciences
«Les sciences m’intéressent depuis que j’ai appris qu’elles existaient», lance Sophie enthousiaste.

Leur mère, nutritionniste de métier, a initié les jeunes filles aux sciences lorsqu’elles étaient encore toutes jeunes. «C’est en faisant des petites expériences à la maison et en faisant des randonnées de découvertes en forêt que nous avons développé une passion pour cette discipline», racontent-elles.

Marie-Pier entend faire des sciences toute sa vie, «j’aimerais beaucoup être médecin, plus précisément psychologue», lance-t-elle.

Articles similaires