Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
17:25 1 avril 2020 | mise à jour le: 2 avril 2020 à 11:14 temps de lecture: 3 minutes

En congé forcé, une enseignante donne au suivant

En congé forcé, une enseignante donne au suivant
Photo: Gracieuseté

En congé forcé depuis la fermeture des écoles, une enseignante de l’Est de Montréal a décidé de devenir bénévole pour faire l’épicerie aux personnes vulnérables, isolées à la maison en raison de la crise du coronavirus.

Marie-Claude Bédard, résidente de Pointe-aux-Trembles, fait partie des volontaires qui se sont engagés auprès de l’association bénévole PAT/ME. Elle fait notamment l’épicerie pour des personnes en difficulté.

« Ça n’a pas de bon sens que je sois rémunérée et que je ne fasse rien », dit d’emblée celle qui a contacté l’association bénévole pour proposer ses services.

Elle s’est aussi sentie interpellée par l’appel lancé par le premier ministre Legault, qui encourageait les citoyens en santé et de moins de 70 ans à aider les organismes. « J’ai répondu l’appel, car cela allait de soi de m’impliquer, explique-t-elle. Et puis, mes enfants sont grands, autant me donner à une cause. »

Se rendre utile permet aussi à Mme Bédard de briser son propre isolement et son anxiété. Elle avoue que ces actions bénévoles vont sûrement lui « donner le goût de continuer après la crise. Faire l’épicerie pour quelqu’un une fois par semaine, ce n’est pas si demandant dans le fond, puis ça garde un lien avec la communauté ».

Mesures d’hygiène respectées

Lorsque Marie-Claude Bédard fait l’épicerie, toutes les mesures d’hygiène sont respectées. « Je fais attentio. Je porte des gants, je me lave les mains; je fais encore plus attention que si c’était pour moi », insiste-t-elle.

Pour la remise des denrées, là aussi le protocole est strict. Marie-Claude Bédard « appelle la personne lorsque une fois devant chez elle, dépose les sacs devant la porte et [se tient] à deux mètres. »

Louise Crousset, directrice de l’association bénévole PAT/ME précise le mode d’action pour bénéficier de ce service gratuit.

« L’aîné ou personnes en difficulté, handicapée ou vulnérable laisse un message sur la boite vocale de l’association, on les rappelle pour la liste d’épicerie et moi après je les jumelle à un bénévole. ». Ce dernier s’entend ensuite avec le bénéficiaire pour le remboursement de l’épicerie.

Selon Louise Crousset, 35 personnes se sont portées volontaires depuis le 30 mars. Ils ont permis d’aider 22 personnes.

Pour devenir volontaire ou bénéficier des services de l’association bénévole, il faut contacter le 514 645 1264.

Articles similaires