Pointe-aux-Trembles & Montréal-Est
05:00 11 mai 2021 | mise à jour le: 11 mai 2021 à 09:13 temps de lecture: 4 minutes

RDP-PAT: la navette fluviale pourrait être remise à l’eau dès juillet

RDP-PAT: la navette fluviale pourrait être remise à l’eau dès juillet
Photo: Archives/Métro MédiaLes services de la navette avaient été mis sur pause en 2020.

La navette fluviale reliant le Vieux-Port et Pointe-aux-Trembles pourrait être remise à l’eau dès début juillet, si la situation sanitaire le permet.

Inauguré en 2019, ce mode de transport collectif permet de faire le trajet entre les quais St-Jean-Baptiste et Jacques-Cartier en moins de trente minutes. Québec avait annulé ce service en 2020 en raison de la pandémie, évoquant que sa configuration ne permettait pas une distanciation physique suffisante pour assurer la sécurité des passagers.

La donne pourrait cependant changer cet été. Simon Charbonneau, porte-parole de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), confirme que des appels d’offres ont été lancés afin de permettre un retour de la navette fluviale entre le 3 juillet et le 6 septembre, tel que l’a d’abord rapporté Le Devoir.

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la région de Montréal et de la Métropole, «souhaite de tout cœur» le retour de la navette. Le feu vert dépendra cependant de l’évolution de la situation sanitaire.

L’atteinte d’une couverture vaccinale de 75% de la population contribuerait à revenir à «une situation sanitaire plus adéquate», soutient-elle. «On voit que les gens vont se faire vacciner. Que ça progresse bien. Mais ce sont les variants qui nous chicotent un peu.»

Cette situation sera évaluée par Québec à la même période où les enveloppes d’offres «devraient être ouvertes». Ces dates restent à confirmer.

Croisières Navark avait assuré le service en 2019. Gilles Tanguay, directeur des opérations, espère pour sa part que leur candidature sera retenue lors de ce nouvel appel d’offres. «C’est un beau service de transport collectif sur l’eau. Je pense que c’est l’avenir.»

Une bouffée d’air frais pour les commerçants

La mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, «croise les doigts» pour que se concrétise cette annonce. «Il n’y a pas une semaine où je ne me fais pas parler du projet de navette dans le quartier, mais même à l’extérieur de l’arrondissement.»

Elle soutient que le retour de la navette amènerait «une bouffée d’air frais pour les commerçants du quartier» alors qu’un nombre important de personnes débarqueraient quotidiennement dans le Vieux Pointe-aux-Trembles en période estivale.

En 2019, près de 60 000 personnes avaient utilisé ses services en trois mois et demi. Du côté de l’ARTM et de Québec, on estime qu’il est encore trop tôt pour spéculer sur l’impact qu’auront la hausse du télétravail et la situation sanitaire sur l’achalandage de la navette. M. Charbonneau mentionne toutefois que si certains utilisaient le service en 2019 pour aller au travail, tout autant d’entre eux l’utilisait «pour accéder au Vieux-Port, et pour accéder aux parcs dans l’Est».

«Ce qui est important, c’est d’aller de l’avant avec le service, qu’il soit bien intégré au réseau de transport collectif», estime pour sa part Mme Rouleau.

Dans un autre ordre d’idées, plusieurs plaintes concernant le manque d’accessibilité universelle de la navette avaient été faites en 2019. Sans vouloir s’avancer à ce point-ci du processus, Mme Rouleau soutient qu’«on verra s’il y a des améliorations qui peuvent être faites».

Service gratuit pour les 11 ans et moins

L’ARTM, responsable d’établir la tarification, n’a pas encore officialisé le coût du transport de la navette pour 2021.

Comme pour tous les services de transport collectif dans la région métropolitaine, les titres de transport de la navette seront cependant gratuits pour les enfants de 11 ans et moins, «s’ils sont accompagnés d’une personne de 14 ans et plus qui a un titre valide.»

Autre nouveauté: les passagers pourront finalement utiliser leurs cartes OPUS pour les passages, selon certaines modalités, indique M. Charbonneau.

Articles similaires