Une avancée significative pour Espace-Rivière

Une avancée significative pour Espace-Rivière
Photo: Archives

Après des mois de discussions avec la Ville-centre, l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles a reçu l’autorisation d’approfondir, dans le détail et concrètement, son projet Espace-Rivière, un nouveau bâtiment qui servira de maison de la culture et centre communautaire.

La Ville-centre a donné son aval pour la réalisation d’un Programme fonctionnel et technique (PFT), ce qui est « essentiel pour préciser le coût et les espaces du projet Espace-Rivière », se réjouit la mairesse de l’arrondissement Caroline Bourgeois, au sujet d’un projet « majeur, dont les derniers chiffres, en comptant les contingences, est de 90M$. »

Le PFT va ainsi permettre de déterminer les mètres carrés, les équipements, le matériel et le personnel requis, mais aussi de voir comment les espaces vont fonctionner les uns en fonction des autres, les dimensions globales et l’ampleur budgétaire requise pour la réalisation.

À l’issue de ces démarches, il sera alors possible « d’aller de l’avant dans un concours d’architecture, les plans et devis, et les travaux », explique Mme Bourgeois

« On a fait un avant-projet dans lequel on a défini la vision du projet et la nature des besoins de la population. Avec le PFT, on met ça concrètement en espace », précise Claude Toupin, le responsable du projet.

Cette étape devrait se terminer avant la fin de l’année 2019, assure M. Toupin.

Ensuite, l’arrondissement devra retourner au comité exécutif de la Ville de Montréal pour finaliser l’approbation du projet.

Un projet d’envergure

Évoqué pour la première fois en 2002, le projet Espace-Rivière, qui doit regrouper la bibliothèque de Rivière-des-Prairies réaménagée, une nouvelle maison de la culture, des espaces communautaires, ainsi que le Bureau Accès Montréal de Rivière-des-Prairies, vise une stimulation de la vie culturelle et sociale dans le quartier.

« La clientèle du Centre communautaire, qui accueille par exemple des familles, va être tentée de fréquenter la bibliothèque, la maison de la culture ou des salles polyvalentes », explique Caroline Bourgeois.

Cette dernière, consciente que le projet a créé beaucoup d’attentes et de déception au fil des années en raison des annonces et des échéanciers sans lendemain, assure qu’il est aujourd’hui « une priorité pour l’arrondissement ». Elle ne s’aventure donc pas à donner des dates précises pour de nouvelle étape ou une inauguration quelconque, afin de ne pas nourrir le cynisme et « justement parce qu’on croit au projet ». « Ce qu’on est en train de mettre en place va nous permettre d’avoir les détails les plus précis possibles », insiste-t-elle cependant.

Les organismes communautaires consultés

Mathieu Leclerc, directeur général de la Table de développement communautaire de Rivière-des-Prairies, accueille ainsi « très favorablement cette nouvelle, qui est un pas de plus vers la réalisation du projet ».

Quelques craintes apparues ces derniers mois sur la mise en commun de certains espaces d’activités, ce qui apparaissait peu en adéquation avec les missions parfois très spécifiques des organismes, ont par ailleurs été dissipées à la suite de rencontres entre les organismes et l’arrondissement.

Il reste néanmoins des « ajustements » à trouver sur certains points, explique Mathieu Leclerc, mais la confiance reste de mise.

D’autres rencontres sont prévues dans les prochaines semaines, notamment dans la perspective du PFT, entre M. Toupin et les organismes communautaires. « C’est un processus en évolution, en cheminement, qui requiert à ce qu’on travaille ensemble », justifie M. Toupin.

« On ne veut rien imposer quoi que ce soit à quiconque, tient-il à préciser. Ce qu’on vise, c’est vraiment de donner à tout le monde les meilleurs outils possibles au bénéfice du citoyen. »

Une ambition partagée avec les organismes du quartier et Mathieu Leclerc, qui salue « l’ouverture » et « la transparence » dont a fait preuve l’arrondissement ces dernières semaines.