Rivière-des-Prairies
17:11 22 septembre 2020 | mise à jour le: 28 septembre 2020 à 10:21 temps de lecture: 3 minutes

Deuxième vague: des aînés sur le qui-vive

Deuxième vague: des aînés sur le qui-vive
Photo: Archives/Métro MédiaDes aînés craignent un confinement comme celui du printemps.

Alors que la Santé publique confirme que la deuxième vague de COVID-19 est bel et bien entamée dans la région montréalaise, des aînés craignent de revivre ce qu’ils ont vécu au printemps.

À la résidence Au fil de l’eau, à Rivière-des-Prairies, Julia Primeau peut depuis quelques semaines sortir pour faire ses courses et recevoir la visite de ses deux enfants régulièrement.

Elle craint toutefois que la situation ne bascule du jour au lendemain et de devoir vivre un autre confinement. «Ça va en venir ça. Les cas augmentent d’un jour à l’autre», appréhende la dame de 73 ans.

Les aînés, plus à risque que le reste de la population, seront les premiers à être ciblés, selon elle. «Ce n’est pas facile pour le moral, même si on essaie de s’occuper le plus possible», laisse-t-elle tomber.

Les visites limitées en CHSLD

Les visites sont encore permises dans les résidences privées pour aînés (RPA), tant qu’elles se limitent à six personnes dans chaque unité locative. Dans les CHSLD, seules les visites à des fins humanitaires et les visites de proches aidants sont permises.

En ce sens, Julien Beaulieu, coordonnateur de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) de la Pointe-de-l’Île, est surtout préoccupé par la situation dans les CHSLD.

Il est toutefois rassuré de voir que les visites et les rassemblements sont toujours possibles dans les RPA, même s’ils sont limités à six personnes.

«C’est quand même moins contraignant qu’au printemps dernier. […] Les recommandations sont plus axées sur la condition médicale que sur l’âge. On est moins dans les stéréotypes âgistes.» -Julien Beaulieu, coordonnateur de l’AQDR-PDI.

De son côté, Yves Desjardins, pdg du Regroupement québécois des résidences pour aînés, serait surpris de revoir un confinement mur à mur comme au printemps dernier.

«On a vu les effets néfastes pour la santé physique et psychologique des résidents. Ce qu’on voit, c’est que, cette fois-ci le gouvernement y va par étape en restreignant certaines libertés pour limiter les éclosions.»

Des activités annulées

Le passage de Montréal au palier orange a entraîné l’annulation d’activités visant à briser l’isolement des aînés dans les résidences.

Le Centre d’action bénévole (CAB) de Rivière-des-Prairies a par exemple dû suspendre son activité de chanson «Les moments musicaux de RDP» à la résidence Lionel-Bourdon.

Pour sa part, l’AQDR-PDI pourra tenir ses ateliers d’informatique dans des résidences de Rivière-des-Prairies et Pointe-aux-Trembles cet automne, puisqu’il s’agit d’une activité offerte à un résident à la fois par un seul bénévole.

Articles similaires