Rivière-des-Prairies

Un restaurant de RDP propulsé par la pandémie

Duo de Chef
Le restaurant Duo de Chef a vu ses commandes augmenter pendant la pandémie. Photo: Anouk Lebel/Métro Média

Les temps sont difficiles pour beaucoup de restaurants et de traiteurs en temps de pandémie. Mais pour l’atelier Duo de chef, dans Rivière-des-Prairies, c’est tout le contraire : la COVID-19 a propulsé les ventes.

Il y a un peu plus d’un an, le traiteur montréalais aux accents haïtien installait ses pénates dans l’ancien local de l’Échoppe de Gaïa, rue Fernand-Gauthier. Quelques mois plus tard, sa toute nouvelle salle à manger fermait dans la foulée du confinement.

«Ça nous a propulsés. Aussitôt, on a eu plein de commandes de plats pour emporter», lance Donald Joseph, alias Chef Don, un des premiers chefs à se lancer dans l’aventure, il y a une dizaine d’années.

Le timing était parfait, ajoute son ami et partenaires d’affaires, Rick-Andy Jean-Baptiste. S’il s’en était tenu à ses services de traiteur pour des mariages et autres événements, Duo de Chef n’aurait pas fait long feu dans le contexte.

«On n’aurait pas pu survivre financièrement. Le restaurant nous a permis de survivre.» -Rick-Andy Jean-Baptiste, cofondateur de Duo de Chef

Des changements d’habitudes

La COVID-19 a été pour tous un imprévu, mais l’équipe de Duo de Chef s’est rapidement adaptée aux besoins de sa clientèle.

«Les gens se sont mis à faire du télétravail, leurs habitudes ont changé, ils se sont tournés vers Uber Eats et Skip the Dishes. Ça nous nous a permis d’atteindre des niveaux de ventes qu’on ne pensait pas atteindre», souligne Rick-Andy Jean-Baptiste.

Son cousin, Rémi Jean-Baptiste, prévoit même un nouveau boom avec la deuxième vague. «Le monde va reprendre le rythme de rester à la maison et commander», croit-il.

Enraciné dans la communauté

Il faut dire que le restaurant est connu dans le quartier. Avec la pandémie, il s’est enraciné de plus belle dans la communauté. Il s’est notamment associé avec l’organisme Équipe RDP pour distribuer gratuitement des repas chauds aux gens dans le besoin pendant la première vague.

«On veut vraiment être implanté dans Rivière-des-Prairies. On veut laisser notre marque, montrer qu’on est là pour la communauté. Les gens le savent, c’est pour ça qu’on a du succès», analyse Rick-Andy Jean-Baptiste.

Si le besoin se présente une nouvelle fois pendant la deuxième vague, il n’y a aucun doute, les chefs répondront à l’appel.

«On va être bien contents d’aider les gens. C’est notre communauté», conclut Rémi Jean-Baptiste.

Articles récents du même sujet