Rivière-des-Prairies
17:17 11 janvier 2021 | mise à jour le: 11 janvier 2021 à 17:17 temps de lecture: 3 minutes

Chien de pandémie: gare aux adoptions impulsives

Chien de pandémie: gare aux adoptions impulsives
Photo: Anouk Lebel/Métro MédiaRobert Norman et Elayne Lemieux craignent la multiplication des abandons à la fin de la pandémie.

Pensez-y bien avant d’adopter un chien en plein reconfinement. Pendant la pandémie, les achats impulsifs sont à éviter à tout prix, prévient un couple de Rivière-des-Prairies spécialisé dans le rescapage canin.

Robert Norman et Elayne Lemieux font partie d’un réseau pancanadien de rescapage de chiens de moins de dix kilos, Tiny Paws Dog Rescue Canada.

Depuis mars, ils remarquent que certains ont été prêts à tout pour adopter un chien, sans nécessairement faire la recherche nécessaire pour trouver le compagnon qui leur convient.

Le couple reçoit de nombreux appels concernant des chiens aux prises avec des problèmes de comportement ou d’anxiété de séparation, en raison du retour au travail de leur maître par exemple.

«On les appelle les chiens de pandémie, ce sont des achats impulsifs», souligne M. Lemieux.

«Les gens veulent adopter un chien parce qu’ils se sentent seuls, mais ils ne font pas toujours la recherche nécessaire pour trouver l’animal qui convient à leur famille. » – Elayne Lemieux

Des abandons anticipés

Le couple craint une multiplication des abandons à la fin de la pandémie, un peu comme c’était le cas cet été lors du déconfinement.

Bien qu’elle ne tienne pas de données à ce sujet, l’Association des vétérinaires du Québec anticipe également des abandons.

Le porte-parole, le Dr Michel Pépin, évoque des «gestes irréfléchis» ayant mené dans certains cas à des problèmes de santé mentale et physique chez des animaux.

Il va jusqu’à déconseiller l’adoption d’un animal de compagnie en pleine pandémie – en particulier un chien.

«L’adoption d’un animal, ça devrait être un acte réfléchi. Il faut le faire en prévision de notre mode de vie des 15 prochaines années», explique-t-il.

Comme un enfant

Robert Norman et Elayne Lemieux insistent: adopter un chien, c’est un peu comme adopter un enfant.

Dans les premiers temps, c’est très exigeant. Il faut pouvoir recevoir l’encadrement approprié.

Or, avec la pandémie, il est plus difficile d’obtenir un rendez-vous pour recevoir les conseils d’un spécialiste.

Les vétérinaires sont débordés, rappelle le Dr Pépin. Au printemps, ils ont délesté certains soins et s’en tiennent encore majoritairement aux services essentiels et aux chirurgies urgentes.

Les bénévoles de Tiny Paws Dog Rescue Canada ont également moins de ressources, n’ayant pas pu tenir d’événements de financement cette année.

Ils accueillent habituellement plus d’une centaine de chiens par année.

L’an dernier, ils en ont accueilli 20, faute de moyens.

«Je ne peux plus accepter d’autres chiens», déplore Robert Norman Lemieux.

Articles similaires