Rivière-des-Prairies

Le SPVM demande plus de collaboration des citoyens

Certains des suspects ont déjà comparu devant le palais de justice de Montréal pour répondre de plusieurs chefs d’accusation en lien avec la possession d’armes et le trafic de stupéfiants. Ci-contre, des armes et des munitions saisies il y a quelques jours. Photo: Gracieuseté/SPVM

Gros coup de filet en l’espace de 48h pour le Service de police de la Ville de Montréal. Quatre suspects ont été arrêtés. Pour autant, la collaboration plus que nécessaire des citoyens n’est pas toujours au rendez-vous déplore le SPVM.

L’arrestation d’un suspect en lien avec la fusillade du 28 mai à Rivière-des-Prairies, a pu être effectuée grâce à une «information anonyme clé provenant du public», a annoncé le SPVM dans un de ces communiqués.

Les dernières arrestations dans les arrondissements de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, du Sud-Ouest et Mercier–Hochelaga- Maisonneuve, ont permis de saisir près d’une quinzaine d’armes à feu, des munitions, des stupéfiants et 29 000 $ en argent comptant.

Une aide cruciale et un exemple démontrant l’importance de la collaboration des citoyens lorsque les services de police se rendent sur place ou lors de porte-à-porte.

L’inspecteur David Shane, porte-parole du SPVM, déplore que la reconstitution des scènes doit se baser sur leur objectivité et leurs observations. « Nous avons vraiment besoin que les gens qui ont vu des choses nous racontent, c’est essentiel! », s’exclame-t-il.

« Le premier objectif, c’est de retirer les armes à feu et par la suite, on a des policiers et des experts qui nous aident à retracer d’où proviennent les armes. Parfois nous y arrivons, mais la très grande majorité sont des armes illégales. »

David Shane, inspecteur et porte-parole du SPVM

Dans une entrevue donnée au journal Métro, l’inspecteur insiste aussi sur le fait que chaque information transmise à la police est importante.

« Il n’y a pas d’information qui est trop petite pour être communiquée. Chaque information nous permet d’assembler le casse-tête pour avoir une lecture globale d’une situation, ajoute-t-il. Chaque arme à feu saisie est une arme qui ne pourra plus servir dans un événement de violence ou d’intimidation. »

« Un défi »

La crainte des représailles des citoyens est belle et bien présente et peu d’entre eux collaborent lorsque la police intervient sur place.

Un réel « défi » auquel les différents services de police sont confrontés, fait savoir M. Shane.

À la suite du triple homicide survenu le 2 août à Rivière-des-Prairies, le SPVM a mis en place une cellule de coordination mobilisée 24h sur 24h afin d’assurer la sécurité des citoyens.

Depuis, la Sûreté du Québec (SQ) a monté une nouvelle équipe intégrée avec le SPVM afin de s’attaquer au crime organisé et au trafic d’armes à feu.

« Si nous devons délester des services pour se concentrer sur les violences par armes à feu on va le faire », a affirmé David Shane.

Informations

Appel à témoignage

Toute personne détenant des informations peut communiquer de façon anonyme et confidentielle avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133 ou via le formulaire de signalement disponible sur le site infocrimemontreal.ca.

Avec la collaboration de Rosanna Tiranti

Articles récents du même sujet