Rivière-des-Prairies

Vaccination : «Je me devais d’apporter mon aide», soutient un vétérinaire

stephane bissonnette vétérinaire vaccinateur
Stéphane Bissonnette aide à la vaccination depuis un an au Stade olympique de Montréal. Photo: Yohann Goyat/Métro

Vétérinaire de profession, Stéphane contribue depuis un an à la campagne de vaccination au Stade olympique de Montréal. S’il a décidé d’apporter son aide, c’est afin de se rendre utile, explique-t-il à Métro, qui est allé à sa rencontre.

Dès que le gouvernement a donné l’autorisation aux vétérinaires de prêter main-forte à la campagne de vaccination, j’ai tout de suite sauté dans l’arène.

Stéphane Bissonnette

En plus d’être vétérinaire pour animaux de compagnie, M. Bissonnette enseigne également en technique de santé animale. À l’été 2021, voyant son horaire réduit en raison des vacances estivales, il cherche une «façon de se rendre utile».

«Je ne pouvais pas rester les bras croisés en voyant la situation pandémique», explique-t-il.

«La situation actuelle relève d’un effort collectif. Je me devais d’apporter mon aide.»

Stéphane Bissonnette – Vétérinaire aidant à la campagne de vaccination au Stade olympique.

Armé de ses 20 ans d’expérience en santé animale, il dépose alors sa candidature auprès du CIUSSS de son arrondissement. Quelques semaines plus tard, il est en formation pour devenir vaccinateur.

La même pratique

Qu’il s’agisse d’une piqûre pour un animal de compagnie ou un être humain, le geste est le même, explique M. Bissonnette.

Il a toutefois suivi une formation rapide sur l’anatomie, la manipulation des aiguilles, le virus en lui-même, etc., donnée par le CIUSSS, avant d’arriver au centre de vaccination.

Questionné sur la pénurie de vétérinaires au Québec, il répond qu’il y a plusieurs façons de contribuer à l’effort collectif. «C’est une pandémie qui touche l’espèce humaine et c’est là où j’ai pensé être le plus utile», confie-t-il.

Un effort collectif

Il décrit sa participation comme étant une expérience «nourrissante». Ce qui le frappe en premier lieu est cet élan de générosité, d’entraide et d’effort collectif.

«Qu’il s’agisse des professionnels de la santé ou de citoyens, la bonne humeur et la bonne énergie sont là», dit-il.

Stéphane Bissonnette est bien décidé à continuer ces tâches tant et aussi longtemps qu’il y aura des besoins pour la vaccination.

Le fait de rencontrer des citoyens qui viennent se faire vacciner pour la première fois lui redonne toujours un peu plus espoir en l’immunité collective. «Ces personnes prennent conscience de la situation et c’est encourageant!»

Stéphane Bissonnette a encore de belles années de pratique de la médecine vétérinaire avant la retraite. Pour autant, si une situation identique à celle-ci venait à se reproduire, il repartirait au front, assure-t-il.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet