Mercier & Anjou
10:23 11 février 2020 | mise à jour le: 11 février 2020 à 14:37 temps de lecture: 4 minutes

CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal : hausse des absences pour santé mentale chez les employés

CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal : hausse des absences pour santé mentale chez les employés
Photo: ArchivesL'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Le nombre d’employés qui s’absentent temporairement de leur poste pour des raisons de santé mentale est en hausse au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, obligeant son administration à mettre des « stratégies » en place.

C’est ce qui ressort d’une comparaison entre les différentes données fournies par l’administration du centre de santé.

En effet, le 5 janvier 2019, sur 1148 employés absents en assurance-salaire, 455 d’entre eux l’étaient pour des raisons de santé mentale, soit 39,6 %.

À pareille date un an plus tard, sur un total de 1047 personnes absentes, ce sont plutôt 531 employés qui avaient demandé congé pour soigner leur santé mentale, soit 50,7 %.

Dans l’ensemble, le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal regroupe à peu près 15 000 employés, incluant médecins, infirmières, mais aussi préposés aux bénéficiaires et personnel auxiliaire. C’est donc un peu moins de 4 % de ceux-ci qui ont demandé congé pour des raisons de santé mentale au début de cette année.

« Effectivement, nous avons observé une augmentation du nombre d’employés en arrêt de travail pour problème de santé mentale au courant de la dernière année et c’est pourquoi nous avons mis en en place toutes ces stratégies de gestion globale de la présence au travail », affirme dans un courriel Isabelle Pinard, chef de service, gestion de la présence au travail, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Ces stratégies misent, entre autres mesures, sur le recours aux divers services des programmes d’aide aux employés et sur des formations destinées aux gestionnaires sur la gestion intégrée de la présence au travail.

Dans d’autres CIUSSS de la province, une telle gestion intégrée veut favoriser la présence régulière et continue des personnes, assurer une gestion systémique des risques et des déterminants ayant une incidence au niveau de la santé, la sécurité et la qualité de vie au travail.

« Nous offrons également du support et de l’accompagnement aux employés pendant l’absence et lors du retour au travail», ajoute Mme Pinard.

La situation actuelle n’étonne en rien Éric Clermont, porte-parole du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (STT CEMTL).

«On le constate sur le terrain, il y a eu dans les récentes années une perte de gestion de proximité, une désarticulation des équipes et une difficulté à trouver du remplacement lors d’absences au travail. On a des employés en administration qui doivent reprendre à leur retour au bureau toutes les tâches qu’ils n’ont pas pu accomplir lors de leur congé médical, car personne ne les a remplacés », souligne ce dernier.

M. Clermont, dont le syndicat représente 7 900 employés, croit que les fusions de centres de santé lancés lors de la réforme de l’ancien ministre Barrette et la pénurie de main-d’œuvre provoquent un épuisement généralisé au CIUSSS.

Selon Catherine Dion, conseillère en communications au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, il est important de souligner que toutes les absences ne sont pas nécessairement liées aux conditions de travail. Les problématiques de santé mentale peuvent découler de différentes situations : difficultés de la vie courante, décès dans la famille, divorce ou difficultés d’adaptation, insiste-t-elle.

Au début du mois de janvier, les infirmières de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont lequel fait partie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal ont tenu deux sit-in la même journée pour dénoncer le manque de personnel aux urgences.

Articles similaires