Montréal
15:27 29 avril 2020 | mise à jour le: 29 avril 2020 à 15:27 temps de lecture: 2 minutes

Marché Jean-Talon: accès restreint aux automobilistes dès jeudi

Marché Jean-Talon: accès restreint aux automobilistes dès jeudi
Photo: Josie Desmarais/Métro

La pandémie de coronavirus force l’Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie à limiter l’accès au Marché Jean-Talon pour les automobilistes. À partir de jeudi, les voitures ne pourront plus circuler sur la place du Marché-Du-Nord, qui borde la fameuse place publique.

Les deux tronçons seront fermés de 9h à 18h, soit durant les heures d’activité du marché. Les stationnements sous-terrain demeurent accessibles, a confirmé l’arrondissement, mercredi.

«Nous invitons donc les Rosepatriennes et Rosepatriens […] à demeurer solidaires de nos marchands en venant les encourager en optant de préférence pour la marche et le vélo, des moyens de mobilité adaptés à la distanciation sociale en vigueur», a indiqué le maire de l’Arrondissement, François William Croteau.

L’établissement a déjà mis en place nombre de mesures adaptées à la pandémie depuis sa réouverture. Classifié dans les «services essentiels», le marché limite cependant les entrées et la quantité de visiteurs.

Le marché a également installé des plexiglas au devant des étalages.

«Cette réorientation exceptionnelle de l’accès automobile permet un contrôle de foule sécuritaire, tel qu’exigé par la Direction régionale de santé publique de Montréal», a signifié dans un communiqué le directeur général intérimaire des Marchés publics de Montréal (MPM), Nicolas Fabien-Ouellet.

Interrogé par Métro Média début-avril, ce dernier avait fait allusion à «une diminution de près de la moitié des consommateurs» depuis le début de la pandémie.

Péripéties au Marché

Le Marché Jean-Talon se relève d’un été 2019 difficile. Après la multiplication des locaux vides, l’établissement avait été confronté, comme les autres marchés de la métropole, à des démissions en bloc au sein du conseil d’administration des MPM.

L’été précédent, un projet de place publique qui devait retirer des places de stationnements non loin du marché avait soulevé l’indignation de plusieurs commerçants. Ils craignaient notamment une perte de popularité du marché en raison de la difficulté d’accès au marché pour les automobilistes.

Articles similaires