Rosemont
17:17 18 septembre 2020 | mise à jour le: 18 septembre 2020 à 17:20 temps de lecture: 3 minutes

Des repas en conserve cuisinés à Rosemont

Des repas en conserve cuisinés à Rosemont
Photo: Zoé Magalhaès/MétroJosée Mongeau est aidée en cuisine par sa maman Blandine Arsenault (à gauche).

Cuisiner localement des repas en conserve à la fois pratique et de qualité: c’est le défi que s’est lancé Josée Mongeau. Dans sa cuisine de la rue Masson, elle s’applique à concocter de savoureuses recettes en conserve.

Avant de se lancer dans la cuisine en conserve, Josée Mongeau a fait carrière dans le cinéma en tant qu’assistante à la caméra. À la fin de ses longues journées de travail, elle a rarement le temps de cuisiner et rêve de repas tout prêts qu’elle n’aurait qu’à réchauffer.

«J’ai toujours aimé cuisiner, mais avec mes horaires variables, j’avais rarement le temps, se souvient-elle. Quand je vivais en Europe, j’achetais souvent des plats en conserve qu’on trouve à l’épicerie, mais au Québec, ça n’existe pratiquement pas.»

L’idée de fabriquer elle-même ces repas germe alors dans son esprit. Après plusieurs mois d’essais et erreurs pour mettre au point des recettes, elle décide finalement de lancer son entreprise de conserve: Les Ri-Canneuses.

«Ça n’a pas été facile parce qu’il y a énormément de paramètres techniques à maîtriser. Pour être approuvé par le MAPAQ [ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec], il n’y a qu’un seul expert habilité à contrôler ce genre de production au Québec. Mais j’ai persévéré et j’y suis arrivé», raconte Mme Mongeau.

Éloge de la conserve

Aujourd’hui, avec Les Ri-Canneuses, elle présente une gamme de quatre recettes distribuées dans une trentaine d’enseignes à Montréal. Ces recettes originales s’inspirent de plusieurs cultures culinaires, de l’Inde à l’Italie en passant par le Maghreb.

Par son travail, Mme Mongeau souhaite redorer l’image de la conserve qui n’a pas toujours bonne réputation. Les plats en conserve étant peu connus au Québec, elle espère séduire les consommateurs par le goût et l’aspect pratique de cette méthode de conservation.

«Je veux montrer que faire des repas en conserve nutritifs et savoureux, c’est possible. C’est une méthode de conservation très efficace et qui permet de n’utiliser aucun additif tout en préservant les nutriments et vitamines», explique-t-elle.

Elle espère également créer peut-être un effet d’entraînement en ayant ouvert la voie. Équipée de toutes les machines et les logiciels nécessaires, elle est la preuve qu’il est possible de faire des repas en conserve au Québec.

«J’aimerais que ça devienne une habitude d’acheter ce genre de plats et que ça encourage d’autres personnes à se lancer», confie-t-elle.

En attendant, elle compte bien continuer à élaborer de nouvelles recettes. Pour faire honneur à ses origines gaspésiennes, un plat à base de morue salée pourrait bien s’ajouter au menu.

Articles similaires

16:33 29 août 2018 | mise à jour le: 29 août 2018 à 21:29 temps de lecture: 3 minutes
Chef à 13 ans