Saint-Laurent
10:25 1 avril 2019 | mise à jour le: 1 avril 2019 à 10:25 Temps de lecture: 4 minutes

Aînés de Saint-Laurent à l’université

Aînés de Saint-Laurent à l’université
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Josie DesmaraisGisèle Lamarche prendra le relais de Claudette Leduc-Belliveau qui a est à la tête de l'Université du troisième âge de Saint-Laurent depuis ses débuts. Elle partagera la coprésidence avec Diane Bélanger.

Les Laurentiens âgés de 50 ans et plus sont nombreux à se retrouver sur les bancs d’école. Arts, histoire, langues et philosophie s’inscrivent notamment au programme des étudiants de l’Université du troisième âge (UTA). L’antenne de Saint-Laurent, qui souligne deux décennies d’existence, témoigne de la volonté des aînés de continuer à apprendre et à bonifier leurs connaissances.

«Il y a un proverbe japonais qui dit «On commence à vieillir quand on finit d’apprendre». Ce n’est pas parce qu’on ajoute des années à notre vie qu’on doit s’éteindre», évoque Claudette Leduc-Belliveau, membre fondatrice et présidente de l’UTA de Saint-Laurent.

Elle observe que les aînés aiment suivre des cours pour le plaisir d’apprendre et parfaire leurs connaissances, et ce, dans un contexte de formation continue, sans examen.

En poste depuis le début, Mme Leduc-Belliveau a suivi de près le développement. À l’aube de passer le flambeau de la direction aux deux coprésidentes qui se partageront le mandat, elle revient sur l’évolution au fil du temps.

«Nous avons tout de suite réussi à former deux classes d’environ quarante étudiants chacune dès les débuts de l’UTA à Saint-Laurent. Aujourd’hui, nous recevons au-delà de 300 étudiants chaque année. Au total, ce sont plus de 6000 personnes qui sont venues en vingt ans», indique-t-elle.

Majoritairement féminin
Des deux cours offerts au départ, elle précise que le programme en compte désormais douze, dont la philosophie, les langues et l’histoire de l’art. Si la majorité des membres qui fréquentent l’UTA est composée de femmes, des efforts sont réalisés dans le but d’accroître les inscriptions chez la clientèle masculine.

«Nos cours aussi ont évolué et nous essayons de trouver des sujets qui intéressent particulièrement les hommes. L’histoire et les langues en font partie», mentionne la présidente sortante.

Elle fait aussi valoir que l’UTA joue un rôle rassembleur dans la communauté, en apportant une dimension culturelle et un aspect social. Les aînés du milieu qui partagent les mêmes intérêts peuvent se réunir.

«C’est important que les gens puissent avoir ce service chez eux à Saint-Laurent, où la population grandit et où il y a de plus en plus d’aînés», souligne la femme, qui a débuté sa carrière d’enseignante dans l’arrondissement en 1960 et y réside toujours.

En 2017, Claudette Leduc-Belliveau a reçu de l’Université de Sherbrooke l’Ordre du Mérite de la fondatrice par excellence en reconnaissance pour son implication bénévole au sein de l’antenne de l’UTA de Saint-Laurent. Elle quitte la barre, mais assure qu’elle restera présente à l’intérieur du comité.

Relève
Gisèle Lamarche est l’une des deux coprésidentes qui entrent en fonction. Celle qui s’acquittera de la tâche en partenariat avec Diane Bélanger estime que le nombre d’étudiants en croissance représente certainement un défi.

«Même si les étudiants communiquent maintenant avec nous par voie électronique, le volume des inscriptions augmente d’année en année», indique Mme Lamarche.

Poursuivre le travail pour rejoindre davantage les hommes est l’un de ses objectifs. «On en attire déjà avec nos conférences et du contenu un peu plus scientifique à certains égards», soutient la nouvelle coprésidente qui a œuvré dix ans au sein de l’antenne de Brossard.

L’UTA compte 29 antennes dans 11 régions du Québec, dont 7 sur l’île de Montréal. Plus de 600 bénévoles collaborent à l’ensemble des activités. Les cours sont de niveau universitaire, sans évaluations. Aucun diplôme préalable n’est requis pour l’inscription.

Articles similaires