Montréal

À quand des poules urbaines à Saint-Laurent ?

À quand des poules urbaines à Saint-Laurent ?
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – ArchivesPlus de 1,6 milliard d’œufs ont été produits dans la province en 2018-2019, selon la Fédération des producteurs d’œufs du Québec.

Il est actuellement illégal d’élever des poules dans l’ensemble des arrondissements de Montréal. À Saint-Laurent, des citoyens espèrent déplumer le règlement qui l’interdit. 

«Il y a plusieurs personnes qui ont des terrains assez grands pour avoir un petit poulailler urbain», estime la Laurentienne Isabelle Landry-Larue, à l’origine d’un groupe citoyen qui milite pour légaliser l’élevage de poule. 

En marge de la Fête des récoltes, événement célébrant la fin de la période estivale, une trentaine de personnes se sont jointes à son mouvement.

Jusqu’à maintenant, aucune proposition n’a été soumise officiellement aux élus de Saint-Laurent, qui n’ont toutefois pas l’intention de se pencher sur cette question.

«Mais si un groupe de citoyens souhaite présenter un projet communautaire en lien avec l’agriculture urbaine, nous sommes toujours ouverts à écouter et en discuter en s’assurant de la viabilité du projet, du respect du bien-être des animaux, de l’environnement et de la santé publique», explique par courriel le chargé de communication à l’arrondissement, Marc-Olivier Fritsch.

Le groupe citoyen est actuellement conseillé par la fondatrice de l’entreprise Poules en ville, Louise Arbour, qui a aidé des citoyens et des élus d’une cinquantaine de municipalités québécoises pour faciliter la légalisation de l’élevage de poules.  

Encadrement

L’indépendance alimentaire se trouve parmi les bienfaits que procure un poulailler.

«Avoir des œufs pour notre consommation personnelle, c’est intéressant de savoir d’où ils proviennent, explique Mme Landry-Larue. Ça nous permet de mieux apprécier et d’avoir un respect pour l’aliment en tant que tel.»

En très petite quantité, la présence de poules peut aussi servir de zoothérapie. «C’est un animal de compagnie qui peut procurer un bien-être, lorsqu’un a un poulailler adéquat», croit Louise Arbour. 

Selon elle, un encadrement serré permet de contourner les quelques problématiques liées aux poulaillers urbains. Les odeurs nauséabondes et le bruit sont parmi les principales craintes soulevées.  

Aussi, si des mesures d’hygiène ne sont pas mises en place, la salmonellose est l’une des maladies animales, transmissibles à l’humain, que peuvent développer les poules.

«Il y a des règlements municipaux qui ont des dispositions entourant le nombre de poules, la présence de coqs, le type de poulailler, sa grandeur et sa localisation», souligne Mme Arbour.

Tentative

La légalisation de l’élevage de poules en milieu urbain est évaluée dans plusieurs municipalités aux Québec.

À Montréal, dans l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie, l’entreprise d’agriculture urbaine POC POC avait lancé un projet-pilote en 2017 dans le but d’installer des cages à poules dans la cour d’une cinquantaine de familles. Cet été, sept familles ont pris soin de trois poules dans la ruelle verte Le chemin des cheminées, au sud du boulevard Rosemont.

La Ville de Québec permet quant à elle un seul poulailler par lot, qui ne peut dépasser les 2,5 mètres et doit être à 1,5 mètre du voisin.