Saint-Laurent
12:42 16 décembre 2019 | mise à jour le: 16 décembre 2019 à 12:42 temps de lecture: 3 minutes

Marwah Rizqy: jongler entre les priorités locales et nationales

Marwah Rizqy: jongler entre les priorités locales et nationales
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieMarwah Rizqy est la plus jeune députée du caucus libéral.

Ce fut une année chargée pour la députée provinciale libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy. Au terme de nombreuses heures en commissions parlementaires et représentations auprès du gouvernement Legault, l’avocate fiscaliste dresse un bilan positif de ses implications locales et nationales.

Bien que Mme Rizqy ait travaillé sur cinq projets de loi, elle estime avoir fait sentir sa présence dans sa circonscription.

Elle mentionne avoir notamment poussé pour que le Centre l’Unité, qui intervient principalement dans les milieux éducatifs, obtienne une subvention de 40 000$ afin de mieux soutenir sa présence sur le terrain lors de divers ateliers pour les jeunes de 12-17 ans.

Par ailleurs, la sauvegarde d’une bonne partie des emplois devant être localisés en Inde par l’entreprise laurentienne Velan, spécialisée en fabrication de robinetterie industrielle, est aussi relevée par la députée.

Sa sortie médiatique aurait mené le gouvernement Legault à s’en mêler, ce qui aurait limité le nombre de départs.

Marquant

La porte-parole en matière d’éducation et d’enseignement supérieur de l’opposition officielle estime que le revirement de situation dans le dossier du Centre d’éducation aux adultes Galileo, à Montréal-Nord, a marqué particulièrement son année.

La Commission scolaire English-Montreal (CSEM) avait proposé de relocaliser l’école pour que l’immeuble tombe entre les mains de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI) qui vit une pénurie de classes.

Or, ce serait une sortie publique conjointe de la députée laurentienne aux côtés du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui a notamment changé la donne.

«Pour les 18 à 21 ans, c’est une période assez cruciale parce que c’est là qu’on les mène au maximum de leur autonomie», dit-elle.

Chefferie

Dès la défaite du Parti libéral du Québec aux élections de 2018, elle a réfléchi à la possibilité de se lancer dans la course à la chefferie de la formation politique.

«Je pense que j’ai eu la réflexion la plus longue», dit-elle en riant.

Il y a un mois, Mme Rizqy a finalement décidé de ne pas se présenter.

«Je suis vraiment bien dans ce que je fais. En ce moment, je n’ai pas le désir profond de me lancer dans une course», dit la politicienne de 34 ans.

Elle a appuyé l’ex-président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et ancien maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

Reconnaissance

La députée a été définie comme parlementaire féminine de l’année par ses pairs, en marge d’un sondage mené par La Presse.

«Ce n’est pas seulement quand ils nous voient dans le Salon bleu, c’est aussi le travail qu’on fait en coulisses dans les commissions parlementaires», dit-elle, citant en exemple ses représentations faites pour le projet de loi des maternelles 4 ans.

Articles similaires