Saint-Laurent
14:50 13 janvier 2020 | mise à jour le: 13 janvier 2020 à 14:50 temps de lecture: 3 minutes

Ella Waxman: maîtriser l’art du débat oral

Ella Waxman: maîtriser l’art du débat oral
Photo: GracieusetéElla Waxman estime que les capacités orales qu’elle exploite en débat lui servent dans plusieurs sphères de sa vie.

La jeune Laurentienne Ella Waxman est parvenue à se faire entendre dans les compétitions en débat oral dans les dernières années. Alors qu’elle s’est classée quatrième au pays et troisième – en anglais – au Québec, l’oratrice espère continuer de progresser.

«Ce n’est pas seulement une activité pour moi, c’est plus grand que ça», dit Ella Waxman.

Membre de l’équipe canadienne, l’étudiante au Collège Marianopolis s’est envolée pour la plus grande ville portuaire d’Allemagne, Hambourg, au mois de novembre afin de participer à un tournoi de débat oral. Politique internationale et environnement ont été parmi les sujets abordés. Elle a d’ailleurs bénéficié d’une aide financière de 700$ de l’arrondissement pour l’occasion.

Bien que son équipe ait été rapidement éliminée, la jeune femme de 18 ans a pu affronter des débatteurs provenant de la Chine ou encore du Mexique. Plusieurs enjeux ont influencé les affrontements, rapporte Ella Waxman, dont le fait que l’anglais n’était pas la langue primaire de certains. Toutefois, ceux-ci font du débat une priorité dans leur éducation, ayant accès par exemple à des cours privés.

Le prochain tournoi auquel l’étudiante pourrait participer aura lieu à l’Université d’Ottawa au mois de février.

Progression

C’est en deuxième secondaire à Lower Canada College (LCC) que la Laurentienne a participé à ses premiers tournois, y gagnant des prix trois ans de suite.

En 2019, elle a entre autres terminé en troisième place lors d’un tournoi de la Quebec Student Debating Association, derrière deux jeunes de Westmount.

Ses performances lui ont permis de frayer un chemin dans l’équipe canadienne.

Pour être en mesure de tenir tête à ses adversaires, elle doit maîtriser plusieurs enjeux d’actualité.

«Je dois en apprendre beaucoup sur une variété de sujets, alors ça m’aide à savoir ce qui arrive autour du monde», souligne celle qui réside dans le secteur du Vieux Saint-Laurent, dont la politique, les enjeux internationaux et l’environnement sont ses principales forces.

«Si t’es capable de donner des arguments très riches et nichés, ça t’aide à battre les autres équipes»

– Ella Waxman, débatteuse

La préparation de la Laurentienne pour les tournois de débat oral varie selon les paramètres de ce dernier.

Généralement, l’oratrice consacre entre quatre et six heures par semaine à ses pratiques.

Dans le cas du tournoi à Hambourg, les préparatifs s’étaient amorcés lors d’une réunion de l’équipe canadienne à Saskatoon, et plusieurs pratiques par l’entremise des réseaux sociaux avaient ensuite lieu.

Il en est tout autre pour d’autres tournois qui se tiennent à l’Université McGill ou à Marianopolis, où les débatteurs se préparent quinze minutes avant, sans ordinateur, sans livre, seulement avec les connaissances qu’ils détiennent.

«J’adore devoir réagir rapidement», dit Ella Waxeman.

Parmi les quelques «trucs» enseignés aux débatteurs, on compte l’endroit où se tient le participant – derrière ou à côté de son pupitre -, le débit de sa voix et le ton employé lors de son argumentation.

Avenir

Ella Waxman ne sait pas encore où ses études la mèneront.

La Laurentienne espère entrer dans le programme de droit à McGill pour, peut-être, devenir avocate spécialisée en affaires internationales ou environnementales.

Articles similaires