Saint-Laurent
16:39 30 juillet 2020 | mise à jour le: 30 juillet 2020 à 16:39 temps de lecture: 2 minutes

Les terrasses font leur apparition sur Décarie

Les terrasses font leur apparition sur Décarie
Photo: Métro Média/Laurent LavoieLes temps sont durs pour les commerçants du boulevard Décarie.

Alors que les commerçants du boulevard Décarie à Saint-Laurent s’inquiètent de l’achalandage sur l’artère, certains ont ajouté des terrasses pour tenter d’attirer la clientèle.

À la fin du mois de juin, l’arrondissement a annoncé des mesures pour donner un coup de main aux membres de la société de développement commercial (SDC) Quartier D. L’ajout de terrasses commerciales et étalages extérieurs, pour la vente de fruits, légumes et fleurs notamment, est facilité. Il n’est plus nécessaire d’obtenir un permis de certification ou d’avoir l’aval du Comité consultatif d’urbanisme.

Ces installations, qui pourront demeurer jusqu’au 1er novembre, ne peuvent cependant empiéter sur le domaine public sans un permis d’occupation temporaire.

Plusieurs restaurateurs et commerçants ont donc emboîté le pas et ont ajouté des terrasses. C’est notamment le cas du Dolci Più, près de la rue Morin, qui en a profité pour agrandir celle-ci qui est installée chaque année.

Au Shawarma Royal, on voit l’arrivée de la période estivale d’un bon œil. «C’est une forme de publicité. Les gens voient des tables et des chaises et ils viennent au restaurant et aiment s’asseoir à l’extérieur», dit son gérant Numeh Chahin. Il ajoute que cela lui permet d’accueillir davantage de citoyens en raison du peu d’espace intérieur dont il dispose.

Aucun effet

Les terrasses n’ont pas vraiment d’effet sur l’achalandage au Café Chez Zaza, remarque Joey Maamari, qui y est employé. «On a nos clients habituels, alors ça fait l’affaire», indique-t-il.

Actuellement, 39 commerces ont la possibilité d’installer des terrasses ou des étalages divers. Une dizaine ont déjà des installations et d’autres sont en réflexion. «C’est un work in progress», soutient le directeur général de Quartier D, Gil Favreau.

Jusqu’à maintenant, certains commerçants se seraient montrés hésitants en raison des coûts impliquant notamment l’entretien du mobilier.

Activités

Plusieurs activités ont mis et mettront un peu d’action sur l’artère commerciale. Récemment, l’Orchestre symphonique de Montréal a offert une prestation de 20 minutes au parc Beaudet.

Articles similaires