Saint-Laurent
16:00 21 janvier 2021 | mise à jour le: 21 janvier 2021 à 15:39 Temps de lecture: 3 minutes

Crèmerie sur Décarie: d’amies d’enfance à partenaires d’affaires

Crèmerie sur Décarie: d’amies d’enfance à partenaires d’affaires
Photo: Métro Média/Laurent LavoieLa propriétaire Priscilla Ponce et sa partenaire Isadora Lobos

Priscilla Ponce et Isadora Lobos, deux Laurentiennes se connaissant depuis qu’elles sont toutes jeunes, seront derrière de nouveaux commerces sur le boulevard Décarie, soit une crèmerie ainsi qu’un bar à salade et à smoothie. Bien que l’inauguration soit dans quelques mois, elles viennent tout juste d’en faire l’annonce.

Priscilla Ponce voulait mettre son grain de sel dans le quartier depuis quelque temps déjà, résidant dans l’arrondissement Saint-Laurent depuis six ans. La mère de deux enfants souhaitait porter l’artère au même niveau que la rue Fleury à Ahuntsic-Cartierville ou encore Monkland dans Notre-de-Dame-de-Grâce.

«À un moment donné, je me suis dit : ‘‘Il manque quelque chose, mais pourquoi ce ne serait pas moi qui le ferais à la place d’attendre que quelqu’un le fasse’’», raconte-t-elle.

Mme Ponce a donc décidé de mettre sur pause sa carrière de courtière immobilière et s’est tournée vers une entreprise avec laquelle elle a grandi: le Bilboquet. «Pour moi, c’était comme un rêve d’avoir une crèmerie où les familles peuvent aller, souligne la propriétaire. C’est vraiment un commerce très familial.»

C’est en marchant sur le boulevard Décarie, à la recherche d’un local, que la Laurentienne a trouvé l’emplacement idéal pour sa franchise, soit au rez-de-chaussée d’un bâtiment en construction, à un jet de pierre de la pâtisserie Dolci Più.

Rêve

«Faut quand même que je puisse avoir un équilibre entre la vie familiale et le travail. Le but s’est d’apporter quelque chose à la communauté et un vent nouveau, mais en même temps pas aux dépens de ma famille et que je ne vois plus mes enfants», s’est dit Mme Ponce.

Alors que les démarches pour le Bilboquet allaient bon train, Mme Ponce s’est donc tournée vers une amie de longue date en qui elle a confiance, Isadora Lobos. «Tout de suite, je pense que ça a pris cinq minutes et elle a dit: ‘‘Oui, j’embarque’’, raconte la propriétaire.

«Ç’a toujours été présent dans ma tête qu’un jour j’allais me lancer en entrepreneuriat.» -Priscilla Ponce

À ses yeux, le projet devenait maintenant plus réaliste et ses chances de bien fonctionner ont augmenté.

«Nos parents étaient amis jeunes, alors on a toujours été dans la vie de l’une et de l’autre. Et maintenant, on s’est rapproché. Alors c’est vraiment cool de pouvoir faire cette aventure avec elle», fait savoir Mme Lobos.

Elle s’occupera de multiples opérations au sein du commerce.

«Tout le monde a un petit rêve, et nous, c’était vraiment ça, d’ouvrir quelque chose de nouveau, qui amène beaucoup pour notre communauté aussi», indique Mme Lobos, qui réside d’ailleurs sur Décarie.

Diversité

Si l’instabilité associée à la crise sanitaire ne semble pas inquiéter le duo, les entrepreneures se sont assurées d’être actives à longueur d’année en ajoutant un bar à salade et à smoothie – une autre entreprise à part entière – à ses offres.

«On a vite réalisé que le Bilboquet était trop petit pour la grosseur du local, alors il fallait le rentabiliser, surtout que les crèmes glacées, c’est six mois par année, après c’est un marché qui descend énormément», soutient Mme Ponce.

Le Bilboquet sur Décarie devrait ouvrir ses portes vers la fin du mois de mai.

Articles similaires