Saint-Léonard

Rue Jean-Talon : des arbres en attendant le corso

Rue Jean-Talon : des arbres en attendant le corso
Photo: Félix Lacerte-GauthierL’arrondissement a planté une vingtaine d’arbres sur la rue Jean-Talon. Pour sa part, la SDC a contribué en posant ses propres bacs de verdures.

Au cours des deux dernières semaines, l’arrondissement de Saint-Léonard a planté une vingtaine d’arbres sur la rue Jean-Talon. Une mesure qui vise à relier le premier corso au deuxième, actuellement en construction, par un corridor de verdure.

« Ça vient des discussions qu’on a eues avec les marchands, explique le conseiller de ville, Dominic Perri. Jean-Talon est une rue où il y a beaucoup d’îlots de chaleurs. Les arbres vont sûrement aider à combattre ce phénomène, et ce sera aussi beaucoup plus agréable. Quand on pense aux belles rues d’Europe, elles sont souvent remplies d’arbres. »

Originalité de la démarche, les arbres ont été plantés dans des bacs placés le long de la rue, plutôt qu’à même le sol; une mesure nécessaire, explique M. Perri. « Il y a beaucoup d’infrastructures sous les trottoirs. Des câbles téléphonique ou électrique. Nous sommes très limités dans le nombre d’arbres que nous pouvons planter, en raison de ces infrastructures. »

De son côté, la SDC Jean-Talon a décidé d’apporter sa contribution à l’initiative de l’arrondissement en ajoutant ses propres bacs remplis de verdure sur la rue. « On est bien content des efforts que fait l’arrondissement, souligne l’agente de communication à la SDC, Laurence Rivard. Ça rehausse le look de notre rue et ça donne un peu plus de vie. La rue est connue pour être un des plus importants îlots de chaleur. On n’a pas mesuré l’effet direct, mais l’effort fait du bien. »

Entre satisfaction et inquiétude

Deux voies de circulations ont été coupées en raison des travaux de construction du corso, entre les rues Fontenelle et Mainville.

Si la mesure de verdir plaît aux commerçants, les travaux sur la rue en lien avec le corso suscitent néanmoins des craintes. Un côté complet de la rue Jean-Talon est actuellement fermé à la circulation entre les rues Fontenelle et Mainville, où s’élèvera prochainement le corso.

« C’est bien, les arbres sont beaux à voir, mais je ne crois pas que ça ait une influence sur la clientèle, croit Frank Lavalle, propriétaire du Club Uomo. C’est le stationnement qui va nuire. On voit une grande différence sur le trafic depuis la construction du corso. On ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi gros. » Selon lui, il n’y a d’ailleurs pas eu suffisamment d’échanges entre l’arrondissement et les commerçants avant le lancement de ce projet.

Moins affectée par la fermeture partielle de la rue, puisque que son restaurant se retrouve du côté ouest du boulevard Lacordaire, la copropriétaire d’Epiceskay, Myriam Paul admet néanmoins que les travaux ont pu décourager certains clients. Malgré tout, elle fait plutôt preuve d’optimisme. « Pour moi, c’est toujours bien d’avoir des plantes partout, et ça embellit la rue, constate-t-elle. Ce serait bien si ça encourageait davantage de gens à fréquenter Jean-Talon. J’imagine que ça peut la rendre plus accueillante. »

Propriétaire du Café Buongiorno, Robert Spiridigliozzi prône pour sa part la patience. « Les gens ici sont habitués de faire les choses d’une certaine façon, et ça brise leur routine. Ils comprendront mieux lorsque ce sera complété et qu’il y aura des activités. » Il est néanmoins conscient que les difficultés de stationnements pourront désavantager certains types de commerces.

« Ce sont des inquiétudes légitimes, pondère M. Perri. C’est un test et nous allons voir, si ça fonctionne pour améliorer la rue Jean-Talon. Donnons-nous une chance, ça a été un succès ailleurs. On va l’essayer ici, et à la fin, on va tout évaluer. »

Commencés à la mi-juin, les travaux du corso devaient initialement se terminer un mois plus tard, au milieu du mois de juillet. C’est l’entreprise Prisme Ébénisterie qui a été engagée pour en faire la construction, contre un montant de près de 60 000 $.