Saint-Léonard

Ligne bleue : une touche léonardoise dans le design des stations?

Ligne bleue : une touche léonardoise dans le design des stations?
Le tracé du prolongement de la ligne bleue.

Alors qu’un premier contrat pour la conception architecturale et de design intérieur des nouvelles stations de la ligne bleue vient d’être accordé, certains souhaiteraient que celles-ci intègrent des éléments qui rappellent la culture et l’histoire de Saint-Léonard.

« C’est un point que j’avais apporté lors d’une rencontre avec les gens de la STM, confie le conseiller de ville, Dominic Perri. Ce serait l’un de mes souhaits que l’on puisse avoir cette touche d’adaptation locale. »

Le projet de prolongement de la ligne bleue compte cinq nouvelles stations. De ce nombre, trois sont prévues sur le territoire de Saint-Léonard, dans l’axe de la rue Jean-Talon, aux intersections de la rue Viau et des boulevards Lacordaire et Langelier.

Paul Micheletti, président de la SDC Jean-Talon, aimerait donc que ces nouvelles stations soient représentatives de l’histoire de l’arrondissement.

Par exemple, est-ce qu’une station pourrait évoquer la vie rurale de la paroisse Saint-Léonard-de-Port-Maurice, ou la présence historique de la communauté italienne ?

M. Perri reconnaît que le processus est à peine entamé, et que bien des étapes seront encore nécessaires avant d’en arriver là.

L’hommage ne créerait pas un précédent, alors que les nombreuses œuvres d’art dans les stations existantes peuvent rappeler le contexte dans lequel elles s’inscrivent. Les stations Viau et Pie-IX, notamment, intègrent des œuvres ayant les Olympiques en thématique. Autre exemple, la station De Castelnau veut rappeler la présence du marché Jean-Talon. Sans compter les nombreux hommages à différents moments de l’histoire de la Ville.

La dénomination des nouvelles stations est également incertaine, alors que les artères Pie-IX, Viau et Langelier ont déjà des stations homonymes. Le système actuel prévoit que chaque station soit nommée en fonction de la rue où elle se trouve.

« Il n’y a pas assez de stations nommées en l’honneur de femmes », croit M. Micheletti, pour qui les travaux pourraient être une occasion de souligner leur contribution.

Pour sa part, M. Perri suggérait qu’une station soit nommée « Saint-Léonard », afin de rappeler aux voyageurs qu’ils entrent dans l’arrondissement, une appellation qui s’inscrirait dans une certaine continuité avec le système actuel.