Saint-Léonard
12:00 11 février 2020

Sécurité près des écoles : quand papa ou maman conduit dangereusement

Sécurité près des écoles : quand papa ou maman conduit dangereusement
Photo: Félix Lacerte-GauthierEnseignante à Alphonse-Pesant, Adama Yattara observe chaque matin le chaos aux alentours de l'école primaire.

Dans le cadre d’un projet scolaire, des élèves de deux écoles primaires ont observé les agissements de parents qui venaient conduire leurs enfants à l’école le matin. En moins d’une heure, ils ont constaté près de 200 infractions et comportements dangereux.

En sécurité autour de mon école ! est une initiative de Concertation Saint-Léonard à laquelle ont pris part plusieurs organismes locaux, qui s’est déroulée aux écoles primaires Alphonse-Pesant et Victor-Lavigne. Les élèves ont d’abord été sensibilisés aux enjeux de sécurité lors d’ateliers, avant de sortir filmer les automobilistes près de l’école.

En deux séances d’observation de 20 minutes, les enfants ont pu noter 179 infractions commises par des parents, soit 9 par minute. À l’école Alphonse-Pesant, les élèves ont aussi assisté à 4 accidents impliquant des voitures.

« Le chiffre ne m’a pas surprise, révèle Adama Yattara, enseignante à Alphonse-Pesant. Quand on additionne les comportements, on se rend compte qu’il y en a beaucoup, et que les infractions sont commises de façon presque banale. » Un miracle qu’il n’y ait pas encore eu d’accidents impliquant des élèves.

Sur le terrain, il ne suffit que d’un moment près de l’école Alphonse-Pesant pour observer de nombreux parents commettre des gestes délinquants. Des enfants à pied, parfois accompagnés, essaient tant bien que mal de se faufiler entre les voitures afin de se rendre à l’école en un seul morceau. Une situation dangereuse qui est toutefois devenue la norme.

Brigadière aux abords de l’école depuis maintenant trois ans, Francine applaudit l’initiative. « Les problèmes sont fréquents. Les automobilistes ne font pas leurs arrêts, ils font n’importe quoi, et beaucoup n’ont aucun respect pour les enfants qui passent », constate-t-elle.

« Il faut que les parents réalisent à quel point leur propre conduite peut avoir une incidence, et que lorsqu’on met tous les comportements ensemble, on crée un facteur de risque et ça met les enfants en danger. » – Adama Yattara, enseignante à Alphonse-Pesant

Trouver des solutions

En impliquant les élèves, les responsables du projet espéraient que les parents prennent davantage conscience de la problématique. D’autant que les jeunes étaient par la suite invités à y aller de suggestion pour améliorer la sécurité de leur secteur.

« Pour les parents, ça prend deux minutes maximum et ils n’y pensent plus, mais sur une période de vingt minutes, plusieurs personnes vont reproduire leur comportement dangereux et ça aura un impact », souligne Mme Yattara.

Création d’un trottibus, installation d’un débarcadère, ajout de feux de circulation. Les suggestions pour améliorer la sécurité aux abords de l’école sont nombreuses.

Pour sa part, François Langevin, de Concertation Saint-Léonard, pense que la problématique nécessite davantage de collaboration. « Il y a déjà eu des actions de posées, que ce soit à l’arrondissement, au SPVM ou dans les écoles, mais on réalise qu’elles ont toujours été faites en silo. Tout le monde doit pousser dans la même direction ! », rappelle-t-il.

Après avoir dévoilé les premiers résultats préliminaires, Concertation Saint-Léonard poursuivra l’analyse des données afin de déposer un bilan de l’initiative au mois de mars. L’objectif étant que celui-ci mène à une plus large réflexion sur cet enjeu.