Mercier & Anjou
12:09 3 mars 2020 | mise à jour le: 16 juin 2020 à 13:11 temps de lecture: 3 minutes

Prolongement de la ligne bleue : « On met en péril les Galeries d’Anjou »

Prolongement de la ligne bleue : « On met en péril les Galeries d’Anjou »
Le tracé du prolongement de la ligne bleue. Le métro se rendra jusqu'aux Galeries d'Anjou.

Le projet de prolongement de la ligne bleue du métro, tel qu’il est actuellement prévu, met en péril les Galeries d’Anjou, selon le maire d’Anjou, Luis Miranda. Selon lui, la STM doit retourner à la table à dessin.

«Dans sa proposition, la STM veut construire le terminus là où on a toujours dit qu’il ne devrait pas être fait, avance M. Miranda. J’ai participé à toutes sortes de réunions au cours des 22 dernières années concernant la venue du métro. Ce qui a été présenté dans le passé n’est pas ce qui est sur la table actuellement.

Il en a particulièrement contre l’emplacement du futur stationnement incitatif de 1200 places et du terminus d’autobus. Environ 25% de la superficie du stationnement du centre commercial a été réquisitionnée. Plusieurs commerces du boulevard des Galeries-d’Anjou seront aussi expropriés.

C’est lors d’une «séance d’expression des opinions» mis en place dans le cadre du prolongement de la ligne bleue qu’il a interpellé la STM.

«Ce qui est proposé actuellement ne répond pas aux besoins des Galeries d’Anjou. On répond aux besoins des 1 200 automobilistes qui viennent de l’extérieur », s’est-il exclamé alors qu’il abordait la question du stationnement incitatif.

Le maire d’Anjou réclame plutôt que ceux-ci soient construits en banlieue. « On a toujours dit qu’il ne faut plus amener de véhicules à Montréal. Je me suis battu pour le pont de la 25, et pour qu’il y ait des voies réservées. Amenons ces gens en autobus. »

De son avis, les travaux pour la construction du stationnement incitatif et du terminus d’autobus, dans leur forme actuelle, feraient en sorte que le centre commercial soit difficilement accessible.

Il propose d’enfouir les lignes électriques situées à proximité de l’intersection du boulevard des Galeries d’Anjou et de la rue Bélanger afin que le terminus d’autobus puisse être construit au nord de cette dernière.

De son côté, la STM ne souhaite pas réagir aux propos du maire.

« Nous laissons les intervenants s’exprimer auprès des commissaires indépendants dans le cadre de ces sessions d’expression et que, par conséquence, nous ne commenterons pas à cette étape-ci du processus », indique Isabelle A. Tremblay, conseillère corporative auprès de la Société.

Selon la dernière évaluation foncière de la Ville de Montréal, les Galeries d’Anjou a une valeur de 435,8 M$. Son dernier compte de taxes municipal s’est élevé à un total de 15,6 M$.

Articles similaires