Saint-Léonard
16:39 10 juillet 2020 | mise à jour le: 22 juillet 2020 à 17:32 temps de lecture: 3 minutes

CoviD’art: exposer l’art en extérieur

CoviD’art: exposer l’art en extérieur
Photo: Félix Lacerte-Gauthier/MétroKim Pov Eap, Nikol Bouchard et Iwonka Balcerowska sont les trois artistes à l’origine du projet CoviD’art.

Avec la venue du beau temps, et afin de respecter les mesures de distanciation, le Centre Leonardo Da Vinci propose une exposition d’arts en extérieur, CoviD’art, à travers laquelle le public est invité à se déplacer pour observer les différentes œuvres.

«Au début du confinement, je me promenais dans les rues, mais je trouvais qu’il n’y avait rien à voir. Il n’y avait nulle part non plus où s’arrêter», se rappelle Nikol Bouchard, l’artiste à l’initiative du projet CoviD’art.

L’idée a ensuite germé, et elle en a alors fait part à ses deux complices, l’Angevine Iwonka Balcerowska et la Nord-Montréalaise Kim Pov Eap, également toutes deux peintres. Ces dernières ont rapidement partagé son enthousiasme. Elles ont pu compter ensuite sur le support du Centre Leonardo Da Vinci, où elles avaient des contacts, pour mettre l’initiative en place.

Le projet propose donc une liste d’adresses auxquelles des toiles sont exposées les mardis et samedis. Les œuvres peuvent être affichées dans une fenêtre de la maison ou sur un chevalet mis en extérieur.

Pour l’instant, 19 artistes participent présentement à l’initiative CoviD’art. D’autres, en attente d’approbations, pourraient s’ajouter à ce nombre. «On pensait que ce serait seulement des personnes de Saint-Léonard et des environs qui participeraient, mais des personnes nous ont écrit de partout pour exposer», s’enthousiasme Mme Bouchard.

Afin de s’assurer que les toiles soient dignes d’être présentées, celles-ci doivent être approuvées. «On veut des artistes professionnels ou semi-professionnels, par respect pour notre métier», ajoute Mme Bouchard.

Les artistes approuvés sont par la suite invités à présenter leur toile accompagnée du logo de CoviD’art pour montrer leur appartenance au projet. La liste des adresses participantes est publiée sur les réseaux sociaux et est régulièrement mise à jour.

«On assigne à chacun un numéro. Certains, pour des raisons de sécurité, préfèrent que leur nom ne soit pas associé à une adresse. Par la suite, c’est à leur discrétion s’ils veulent mettre plus de renseignements professionnels», explique Mme Balcerowska.

C’est également une occasion pour les peintres de se faire connaître dans leur voisinage, alors que des passants peuvent en profiter pour poser des questions.

À l’automne, le Centre Leonardo Da Vinci, qui parraine le projet, compte d’ailleurs présenter une exposition des différentes œuvres de CoviD’art.

«Ce sera bien de pouvoir se regrouper, ce sera une véritable fête, après deux mois à se parler seulement à travers l’ordinateur», conclut Mme Eap.

Articles similaires