Saint-Léonard
19:51 13 mai 2021 | mise à jour le: 13 mai 2021 à 20:09 temps de lecture: 4 minutes

Le SPVM lance sa campagne de recrutement de la diversité

Le SPVM lance sa campagne de recrutement de la diversité
Photo: David Flotat/Métro MédiaIls sont d’origines vietnamiennes, algériennes, haïtiennes, salvadorienne ou issus d’une communauté autochtone. Les policiers ambassadeurs de la campagne étaient présents lors de son lancement.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a officialisé jeudi le lancement de sa campagne de recrutement de la diversité intitulée «Deviens agent de changement» au parc François-Perrault, dans le quartier de Saint-Michel. L’inspecteur Miguël Alston, responsable de l’attraction d’une main-d’œuvre diversifiée, ainsi que plusieurs ambassadeurs de la campagne, étaient sur place pour présenter le projet.

Le SPVM s’était déjà engagé dans une démarche d’attraction d’une main-d’œuvre diversifiée en 2020. La campagne fait donc suite à une série de consultations et de trois projets pilotes menés en partenariat avec des organismes communautaires et institutionnels dans les secteurs diversifiés du Sud-Ouest, de Montréal-Nord et de Saint-Michel.

Parmi celles-ci, un programme d’accompagnement des métiers d’urgences a été mis en place dans une école secondaire de Saint-Michel. Un groupe de 350 jeunes avait été sélectionné pour participer à des ateliers d’initiation au travail policier, afin de les encourager à s’inscrire en techniques policières. Le projet se poursuit jusqu’en septembre et s’exportera ensuite dans d’autres postes de quartier de Montréal.

«Nous voulons que les jeunes de 15-25 ans des communautés ethnoculturelles et autochtones se projettent dans le métier de policier et voient tout le potentiel de faire la différence en choisissant une carrière au SPVM.» -Inspecteur Miguël Alston, responsable de l’attraction d’une main-d’œuvre diversifiée au SPVM.

Un programme de parrainage a aussi été mis en place dans un cégep, où il avait été constaté que certains étudiants étaient susceptibles de décrocher en raison du peu de mentorat et de ressources disponibles. Le Service de police avait alors mis en place le projet afin d’offrir celui-ci pour éviter un éventuel décrochage scolaire.

En collaboration avec des radios communautaires haïtiennes et maghrébines, des entrevues avaient aussi été réalisées pour faire valoir les parcours de plusieurs policiers issus de ces communautés.

Une augmentation de près de 50% déjà constatée en 2021

À la suite de ces actions, une augmentation de plus de 50% du nombre de candidats sélectionnés pour le programme «AEC diversité policière» est enregistrée pour 2021.

Ce programme est dédié aux candidats issus de la diversité ethnoculturelle et détenteurs d’une formation universitaire. Ils seront admis à l’attestation d’études collégiales en septembre prochain et à l’École nationale de police du Québec ensuite.

«Tous ces projets ont fait ressortir la nécessité de lancer une campagne de recrutement d’envergure pour rejoindre les 15-25 ans issus des communautés ethnoculturelles et autochtones. Celle-ci se fera principalement via internet et les réseaux sociaux pour joindre cette génération de futurs policiers», explique l’inspecteur Alston.

La campagne débute le jour même avec l’annonce de la mise en ligne d’une nouvelle page moderne dédiée spécifiquement au recrutement. Avec celle-ci le SPVM actualise donc son image auprès des jeunes en se dotant d’un moyen plus efficace et accrocheur pour retenir l’attention des futurs candidats. La première vidéo de la campagne y est également visible, mettant en vedette les ambassadeurs du projet.

Lors de la commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal le lundi 10 mai, l’équipe de l’attraction d’une main-d’œuvre diversifiée du SPVM avait présenté les chiffres en matière de recrutement de la diversité de l’année 2020. Le taux de personnel issu d’une communauté ethnoculturelle ou autochtone était alors de 13%.

«Le défi est grand. Depuis 2015 nous avons augmenté notre représentativité de 11% à 13% en 2020. C’est quand même un grand pas sur une moyenne de 4500 policiers. Par cette campagne nous voulons intensifier nos efforts, nous sommes heureux de constater qu’il y a déjà une forte augmentation des candidats issus de la diversité au cours de cette année», dit l’inspecteur Alston.

Les minorités ethnoculturelles et autochtones représentent une part de 33% de la population de la métropole.

Articles similaires