Montréal
12:25 15 février 2020 | mise à jour le: 15 février 2020 à 12:25

Le SPVM à la recherche d’agents issus de la diversité

Le SPVM à la recherche d’agents issus de la diversité
Photo: Archives Métro

Quelques mois après un rapport accablant qui a fait état d’un taux d’arrestations anormalement élevés des Noirs, des Arabes et des Autochtones, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) souhaite faire amende honorable. Il participe samedi à la journée Diversité en uniforme afin d’attirer une «main-d’œuvre diversifiée et qualifiée».

Le SPVM participe à cet événement pour une deuxième année consécutive. Plusieurs autres corps policiers et militaires, comme la Sûreté du Québec (SQ), y participent.

Au mois d’octobre dernier, un rapport universitaire concluait que les policiers du SPVM sont beaucoup plus susceptibles de procéder à l’arrestation d’un Noir, d’un Arabe ou d’un Autochtone sur le territoire métropolitain.

Cas d’espèce: si elles représentent 10% de la population, les personnes noires ont fait l’objet du quart des interpellations du corps policier de 2014 à 2017.

Emploi

Le service policier affirme vouloir remédier à ce qu’il qualifie lui-même de «biais». Il a d’ailleurs promis qu’il mettrait prochainement sur pied une nouvelle équipe d’intervention spécialisée auprès des communautés culturelles.

«Le SPVM souhaite tout mettre en œuvre afin que ses effectifs reflètent davantage la diversité de la population montréalaise qu’il dessert», peut-on lire dans un communiqué de presse diffusé samedi.

Selon les données de la Commission montréalaise de la sécurité publique, 13% des 4456 policiers du SPVM appartiennent à un groupe autochtone ou à une minorité soit ethnique, soit visible.

Le taux d’embauche de ces agents aurait augmenté de 13% de 2018 à 2019.

Moratoire sur les interpellations

La Ville de Montréal a adopté au mois de novembre un moratoire sur les «interpellations sans fondement» au SPVM. La municipalité souhaite ainsi faire pression sur Québec pour que le gouvernement suive au plus vite son exemple.

Mais la pression ne s’arrête pas là. Plusieurs élus et organismes demandent aussi à la ville-centre d’assurer un suivi systématique des données d’arrestations.

La journée Diversité en uniforme se poursuit jusqu’à 16h, samedi, dans Saint-Michel.

Articles similaires