Saint-Léonard

500 repas par jour pour aider les gens dans le besoin durant le ramadan

L’opération caritative organisée par le restaurant de Saint-Léonard Le goût du bled en collaboration avec le groupe El Yed Fel Yed à Montréal a pris de plus en plus d’ampleur au cours du mois de ramadan de cette année.
Les 2 propriétaires du restaurant et les bénévoles se sont mobilisés durant tout le mois de ramadan pour aider les gens dans le besoin. Photo: David Flotat/Métro Média

L’opération caritative organisée par le restaurant de Saint-Léonard Le goût du bled en collaboration avec le groupe El Yed Fel Yed à Montréal a pris de plus en plus d’ampleur au cours du mois de ramadan de cette année. À l’occasion de l’ Aïd el-Fitr symbolisant la fin de cette période particulière pour la communauté musulmane, retour sur un succès retentissant.

Tout commence en 2017 lorsque Myriam décide de créer un groupe d’entraide sur les réseaux sociaux pour aider les nouveaux arrivants au Québec dans le besoin. Le groupe El Yed Fel Yed (main dans la main en arabe) à Montréal s’élargit au fil du temps et cherche ensuite à aider d’autres personnes telles que des étudiants ou des familles monoparentales. Rapidement, un réseau de dons de vêtements, de matériel et de conseils en tout genre se met en place.

Le groupe décide par la suite d’organiser chaque année des dons alimentaires sous le nom de « Paniers du ramadan » offert les soirs de cette période de jeûne de la communauté musulmane.

« Nous voulions nous retrouver pour partager un moment spécial et contribuer à aider les gens dans le besoin. Nous sommes fiers du travail accompli!»- Myriam, propriétaire du restaurant Le goût du bled et administratrice du groupe El Yed Fel Yed à Montréal.

Effet boule de neige

C’est lorsque Myriam et son mari deviennent propriétaires d’un restaurant dans le Petit Maghreb en 2021 que tout s’accélère. S’apprêtant à renouveler le projet en utilisant la cuisine du restaurant pour préparer les repas, ils se rendent vite compte que la demande explose. Myriam et son mari décident de fermer l’enseigne et de l’adapter entièrement pour l’opération.

«Au début, nous préparions environ une centaine de repas par jour, la demande s’est ensuite envolée de 100 à 150, de 150 à 250. Il y avait une file d’attente s’étendant d’ici sur la rue Jean-Talon Est jusqu’au boulevard Viau. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de demander de l’aide à la communauté», raconte-t-elle.

L’appel à l’aide fonctionne, de nombreuses personnes soutiennent le projet sous la forme de dons alimentaires ou d’argent. L’équipe de Myriam, composée dans sa totalité de bénévoles, s’agrandit de plus en plus et doit alors s’organiser.

«Nous avons fait appel à plus de monde et de ressources, des gens ont répondu présents et sont tous ici en tant que bénévoles. Des familles viennent aussi déposer à tout moment des denrées sur place», explique-t-elle.

Un succès à grande échelle

La plupart des personnes présentes sont des familles nombreuses ou monoparentales, mais également des gens vivant seuls ou des étudiants dans le besoin venant de partout, parfois même de loin.

«Nous avons eu des étudiants d’Ottawa ou même des familles de Trois-Rivières qui sont venus chercher des dons», affirme Myriam.

Devant le succès constaté, l’opération devrait se renouveler l’année prochaine. D’autres projets d’entraide durant le reste de l’année sont peut-être aussi à venir.

Durant le mois sacré du ramadan, 300 000 pratiquants de l’Islam au Québec s’abstiennent de manger et de boire entre le lever et le coucher du soleil. Ils doivent également faire preuve de générosité en aidant les plus démunis.

Après le coucher du soleil, les pratiquants cassent leur jeûne et se rassemblent autour d’un souper appelé l’Iftar. Pour de nombreux membres de la communauté musulmane, ce mois est une période placée sous le signe de l’entraide et du rapprochement.

Articles récents du même sujet