Saint-Léonard
16:55 26 mai 2021 | mise à jour le: 27 mai 2021 à 07:12 Temps de lecture: 4 minutes

Ligne bleue: station Verrazzano, un nom qui ne fait pas l’unanimité

Ligne bleue: station Verrazzano, un nom qui ne fait pas l’unanimité
Photo: 123RF

Verrazzano, un nom trop «archaïque» pour être choisi comme toponyme d’une future station de la ligne bleue ? C’est l’avis de l’association CIAO (Canadien-ne-s Italien-ne-s Antagonistes à l’Oppression), qui s’oppose à une motion adoptée récemment par le conseil d’arrondissement de Saint-Léonard.

L’organisme s’est dit en désaccord avec la position d’élus de Saint-Léonard via un communiqué publié sur son site internet. Il appelle également les organisations et groupes communautaires de l’Est de l’île à présenter une liste de nouveaux toponymes pour les futures stations du tronçon prolongé de la ligne bleue.

La motion proposait au comité de toponymie de la STM de choisir le nom de l’explorateur italien Giovanni Da Verrazzano pour la station prévue à l’intersection du boulevard Langelier et de la rue Jean-Talon Est. Elle avait été déposée conjointement par un ensemble d’associations regroupant le Congrès national des Italo-Canadiens, la Casa d’Italia, l’Association des gens d’affaires et professionnels italo-canadiens (CIBPA), et la Fondation communautaire canadienne-italienne (FCCIQ). Elle avait été appuyée et présentée par les conseillers de ville Dominic Perri et Mario Battista.

«Nous encourageons les organisations et groupes communautaires à présenter une liste de noms qui puisse servir de base pour nommer les nouvelles stations de métro et assister dans la diversification du registre Toponym’Elles pour les futures additions dans le panorama urbain de l’Est de l’Ile. »- Extrait du communiqué officiel de CIAO

Désaccords

La proposition est jugée «anachronique et mal recherchée» par l’association CIAO. Cette dernière ajoute qu’elle ne répond pas à deux des principales priorités identifiées par le comité de toponymie de la STM, soit celles «d’accorder une grande place aux femmes dans l’analyse des propositions» et de prendre «pour orientation que les réalités multiculturelles et autochtones seront également représentées dans les choix finaux ».

À travers son communiqué, l’association dénonce un manque de représentation des autres communautés peuplant l’arrondissement. Parmi les noms évoqués, aucun ne provient d’un groupe culturel non italien. Le fait que la communauté italienne possède déjà de nombreuses représentations dans les espaces publics (le centre Leonard de Vinci ou les parcs Giuseppe Garibaldi et Ermanno La Riccia) est notamment mis en avant. Le regroupement appelle donc à promouvoir l’inclusion en soutenant les relations interculturelles dans l’agglomération montréalaise par le rejet de cette proposition.

Héritage colonial

Le choix d’un nom représentant l’un des explorateurs initiateurs de l’époque coloniale dans les Amériques est également remis en question. En s’interrogeant sur la représentation des valeurs contemporaines de diversité et d’inclusion dans les espaces publics, CIAO souligne la contradiction entre celles-ci et le choix d’une telle toponymie. Ceci naviguerait à contre-courant des efforts fournis en matière de décolonisation dans la nomination des espaces publics.

Né dans la région de Florence en Italie, Verrazzano a entrepris sa première expédition maritime vers le Nouveau Monde en 1524, pour le compte de la France. Son voyage a abouti à la première cartographie de la côte atlantique des États-Unis et à la prise de possession des territoires de la région de Terre-Neuve au nom du roi de France. C’est sur les bases de ce premier périple que Jacques Cartier est arrivé 10 ans plus tard dans le golfe du Saint-Laurent.

Manque de parité

La proposition avait déjà été contestée par la conseillère d’arrondissement Lili-Anne Tremblay au moment de sa présentation le 3 mai dernier.

Évoquant l’importance de la parité hommes-femmes dans le paysage toponymique, l’élue de Saint-Léonard Est avait alors suggéré le nom de Césira Parisotto, une femme religieuse qui s’est consacrée aux œuvres de charité et qui fut nommée grande officière de l’Ordre national du Québec. La motion avait toutefois été validée sous dissension.

En janvier 2021, la STM annonçait la mise en place d’un comité pour décider de celles-ci. Il devait avoir pour tâche principale de proposer ces noms d’ici la fin de l’été 2021.

Articles similaires