Sud-Ouest
15:29 18 juillet 2017 | mise à jour le: 18 juillet 2017 à 19:06 Temps de lecture: 3 minutes

Semer la beauté dans le quartier

Semer la beauté dans le quartier
Photo: (Photo: TC Media - Patrick Sicotte)

En utilisant sa passion pour le jardinage à bon escient, Daniel Roy enjolive bénévolement le quartier de Saint-Henri depuis de nombreuses années. Si le jardinier à la retraite se trouve derrière de nombreux projets, la pièce maîtresse de son travail est une petite ruelle verte reliant la rue Notre-Dame Ouest à la rue Saint-Rémi, que certains se plaisent à appeler le chemin magique.

«Quand j’ai déménagé dans le quartier, il y a 15 ans, la Ville venait de démolir les deux hangars qui étaient auparavant dans la ruelle. Les gens ont commencé à venir y mettre leurs déchets, ce n’était pas très beau. Alors, j’ai commencé à tout ramasser et à mettre des arbustes et des fleurs à temps perdu», raconte M. Roy.

À la retraite depuis juillet 2016 après 30 ans à l’emploi de la Ville de Montréal, le jardinier a maintenant tout son temps pour se consacrer à de nouveaux projets et entretenir ce petit chemin tout juste derrière chez lui. C’est l’occasion pour lui de laisser aller sa créativité.

L’endroit est vite devenu prisé par les résidents du coin, qui ont même commencé à apporter leur touche personnelle, meublant la ruelle de mangeoires à oiseaux ou d’œuvres d’art.

«Ça s’est transformé en projet collectif. Les gens participent de toutes sortes de façons, je vois toujours apparaître de nouveaux petits objets. Et quand je pars en vacances, ils s’occupent de l’endroit en mon absence», ajoute M. Roy.

Nouveau projet
Il travaille présentement sur un nouveau projet, au coin des rues Côte-Saint-Paul et Notre-Dame Ouest. Avec l’aide de l’Éco-Quartier du Sud-Ouest, il a obtenu l’autorisation d’aménager une parcelle de terrain restée vacante.

Afin de commémorer l’histoire du secteur et mettre en valeur le lac à la Loutre, l’étendue d’eau marécageuse maintenant disparue et qui était autrefois alimentée par la rivière Saint-Pierre, il a eu l’idée de créer une chaloupe entièrement faite de branches des arbres environnants.
«L’aménagement paysager se fait entièrement in situ, c’est-à-dire que tout ce qui est utilisé est pris sur les lieux. L’idée est de redonner vie à des choses qui ne servent plus», souligne M. Roy.

Des fleurs ont été plantées à l’intérieur de la chaloupe afin qu’elles grimpent tout le tour de la structure. L’ancien jardinier se réjouit d’ailleurs de la température pluvieuse, qui aide la végétation à croître plus rapidement et le sauve de la corvée d’arrosage.

Son travail sera mis de l’avant dans un documentaire réalisé par le cinéaste Pierre-Étienne Lessard, intitulé Vue de ruelle. Le film portera sur 8 ruelles vertes du Sud-Ouest et de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et sera projeté le 24 août à la ruelle Desnoyers, au coin des rues Saint-Jacques et Desnoyers.

Articles similaires