Sud-Ouest
10:37 18 mars 2020 | mise à jour le: 18 mars 2020 à 10:44

Dominique Anglade en mode télétravail

Dominique Anglade en mode télétravail
Photo: Photo: GracieusetéLa députée de Saint-Henri–Sainte-Anne, Dominique Anglade garde contact par téléphone avec les organismes de son comté.

Durant la crise de la COVID-19, plusieurs élus, dont la députée provinciale de Saint-Henri–Sainte-Anne, Dominique Anglade, travaille de la maison. Son bureau reste toutefois ouvert aux citoyens. Ceux-ci sont invités à communiquer avec elle par téléphone. Une réceptionniste est engagée pour relayer les appels.

Depuis le début de la semaine, Mme Anglade s’entretient au téléphone avec des commerçants tels que des restaurateurs et organismes communautaires. «Mon rôle est d’identifier les informations pertinentes et de les relayer au gouvernement en place afin de trouver des pistes de solutions appropriées», explique-t-elle.

Concrètement, Mme Anglade entend répondre aux inquiétudes à propos des prochaines factures à payer.

«Peut-on s’attendre à ce qu’il n’y a pas de pénalités pour les gens qui ne pourront pas payer leur compte d’Hydro-Québec en raison de l’absence de liquidités?», demande la candidate à la course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ).

Rencontre téléphonique

La députée convie ses homologues fédéraux soit David Lametti de LaSalle–Émard–Verdun et Marc Miller de Ville-Marie—Le Sud-Ouest—Île-des-Sœurs à une rencontre téléphonique qui a lieu aujourd’hui, mercredi.

«Je veux discuter de quelle manière chacun d’entre nous peut trouver une réponse aux différents problèmes soulevés par les individus et entreprises de notre comté concernant le COVID-19», ajoute Mme Anglade.

À l’heure actuelle, elle observe que les gens sont en train de réaliser l’ampleur de la situation provoquée par la pandémie mondiale. Au début, plusieurs étaient davantage paniqués.

«Maintenant, tous essaient de comprendre la signification de la crise pour eux, mais aussi pour leur famille et leur travail. Cela suscite énormément de préoccupations», analyse Mme Anglade.

Quant à la course à la direction du PLQ, elle est maintenant transposée sur le web. «Il est impossible de tenir des rassemblements, évoque-t-elle. On n’a pas le choix de communiquer nos idées virtuellement.»

Le choix du prochain chef du PLQ devrait avoir lieu le 31 mai.

Articles similaires