Sud-Ouest
18:50 12 juin 2020 | mise à jour le: 13 juin 2020 à 09:54 temps de lecture: 4 minutes

Réouverture des salons: coiffer différemment

Réouverture des salons: coiffer différemment
Photo: GracieusetéLe salon Maniac sera ouvert sept jours sur sept pour répondre à la demande au cours des prochaines semaines.

L’attachement du public envers leurs coiffeurs est bien réel. Des salons du Sud-Ouest voient leur agenda rempli pour les prochaines semaines, avec leur réouverture. Les pratiques changeront toutefois, ce qui demandera un effort financier supplémentaire pour eux comme pour leurs clients.

Les salons ont été réaménagés pour respecter la distanciation physique entre chacune des chaises. Le port d’équipements de protection, comme le masque, est aussi de mise pour les employés, ce qui occasionne un certain ajustement.

«Je porte des lunettes, j’ai donc un peu de problèmes avec le masque et la buée. La dextérité est attaquée un petit peu. Par rapport à la coloration, tu veux faire de la belle couleur, mais tu as comme deux fenêtres (lunettes et visière) devant toi. C’est un peu tannant. Il va falloir beaucoup de patience», décrit le propriétaire de la Tête du Toro, Myguel Prud’homme, qui détient aussi un salon à Mont-Laurier.

Le port du masque chez les clients apportera aussi son défi pour couper les cheveux sur le côté. «On a trouvé des petites astuces pour être capable. Il y a une manière d’attacher le masque derrière le cou avec un petit outil pour nous permettre de libérer les cheveux», évoque le propriétaire du salon Maniac, Hugo Leblanc.

Son équipe de barbiers laissera tomber l’utilisation de la lame pour tailler les barbes et optera plutôt pour le rasoir afin d’éviter d’être trop près du visage.

Réouverture des salons

Après chaque rendez-vous, tous les outils et le mobilier doivent être désinfectés. «Il va falloir avoir des brosses supplémentaires parce qu’on ne peut pas reprendre la même pour la tête de quelqu’un d’autre. Chaque fois, il faut laver la chaise, ce qu’on ne faisait pas avant aussi. Il faut se garder un délai entre chaque client pour nettoyer l’espace», résume la propriétaire du salon Colibri, Louise Bérubé.

Les coiffeurs doivent servir un client à la fois, qui doit arriver à l’heure exacte de son rendez-vous, puisque les salles d’attente sont pour la plupart disparues. «Avant, on pouvait prendre une cliente durant un temps de pause de couleur (teinture), mais maintenant on ne peut plus», indique Mme Bérubé.

«Notre pratique ne sera plus la même. Ça va être plus compliqué, mais en même temps, ça va être un challenge de plus. Ça va nous permettre d’apprécier davantage notre travail d’avant.» — Hugo Leblanc, propriétaire du salon Maniac

Réouverture: des tarifs à la hausse dans certains salons

Plusieurs salons du Québec doivent hausser leurs tarifs pour couvrir les investissements liés à la mise en place de mesures sanitaires. Les augmentations varient entre 10% et 15%.

«Il ne faut pas oublier qu’on va avoir une baisse de revenus parce qu’on ne pourra pas faire la même quantité de gens en une semaine. Maintenant, on va peut-être en faire la moitié. Les frais fixes ne changent pas, on a le même loyer à payer», résume Mme Bérubé.

Les tarifs restent les mêmes chez Maniac. «C’est une période difficile, beaucoup de gens ont perdu leur emploi. On se sentait mal d’augmenter nos prix», indique M. Leblanc, dont le salon est prêt à absorber les coûts supplémentaires.

Coiffeur depuis 35 ans, M. Prud’homme soutient pour sa part que la hausse des tarifs est une question de survie pour les salons qui ont dû arrêter d’opérer pendant près de trois mois.

Bonne cause

Le salon Maniac vend des masques réutilisables pour les clients qui arriveront sans le leur. Les profits de ces ventes seront versés à la banque alimentaire Partageons l’Espoir.

15

Les salons de coiffure du Grand Montréal et de la MRC de Joliette ont pu rouvrir le 15 juin, deux après ceux du reste du Québec.

Articles similaires