Sud-Ouest

Un atelier pour réapprendre à réparer

Photo: Photo: TC Media - André Desroches

Gérald Guimond, un résident du Sud-Ouest, mène une lutte contre l’obsolescence programmée des objets en apprenant aux citoyens à réparer différents articles défectueux plutôt que de les mettre à la poubelle.

Au «Café-réparation» situé dans Côte-Saint-Paul, il inculque gratuitement aux adultes et aux enfants des notions pour effectuer des réparations simples sur des jouets, des articles de sport, des appareils électriques, tels des grille-pain, cafetières et fers à repasser. Ils peuvent aussi s’initier à de petits travaux mécaniques et de menuiserie.

Pour Gérald Guimond, c’est une façon de lutter contre l’obsolescence programmée, ce concept voulant que des fabricants déploient des techniques visant à réduire la durée de vie de leurs produits afin d’en augmenter le taux de remplacement.

Ce projet découle aussi pour l’homme qui aura bientôt 70 ans d’un désir de transmettre ses connaissances et de poser un geste pour l’environnement.

Il mettait en pratique les 3R – réduction des déchets, recyclage et réemploi – bien avant que ce soit à la mode. L’homme a grandi à la campagne. «Quand j’étais jeune, mon père a démoli une grange. Il me donnait les clous pour que je les décrochisse. On ne jetait rien», se souvient-il. Ces principes de récupération et de réemploi l’ont suivi toute sa vie.

Pédagogie
Celui qui a enseigné la charpenterie-menuiserie à la Commission scolaire de Montréal pendant vingt ans a aménagé son atelier dans le conteneur situé sur la rue piétonne Eadie près du parc Campbell-Ouest.

Il est ouvert tous les après-midis du lundi au jeudi jusqu’à la fin août. Ce n’est pas un service de réparation gratuit mais bien un atelier d’initiation. La notion de pédagogie est importante pour Gérald Guimond. «Je fais les réparations avec les personnes», précise-t-il.

«Le café est ouvert à tous, mais je donne priorité aux enfants», souligne l’ancien enseignant.

Trop de déchets
Préoccupé par l’environnement et l’avenir de la planète, le pédagogue est sidéré par tout ce qu’on met aux ordures.

Il n’en revient toujours pas de ce qui avait été déposé à la rue lors de ce jour de collecte des déchets où il a fait une courte promenade autour de chez lui. «J’aurais pu meubler deux logements», se désole-t-il.

Les rebuts des uns deviennent ses trésors. «Avec les vidanges, je peux faire un tas de choses utiles», explique-t-il, pointant dans son atelier des meubles détournés de l’enfouissement qui servent aujourd’hui à ranger des outils.
Plus d’information sur le Café-réparation au 514 926-7378.

Articles récents du même sujet