Vaudreuil-Soulanges
16:14 26 février 2021 | mise à jour le: 26 février 2021 à 16:14 temps de lecture: 4 minutes

Promouvoir l’inclusion pour le mois de l’histoire des Noirs

Promouvoir l’inclusion pour le mois de l’histoire des Noirs
Photo: Capture d'écran

L’entrepreneure Nathalyrmène Rousseau a créé une série de capsules vidéo dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs. Il s’agit pour elle d’une façon supplémentaire de promouvoir l’inclusion et la médiation culturelle à Vaudreuil-Dorion.

Les capsules nommées D’ici et d’ailleurs, disponibles sur le site internet de Csur la télé, mettent en vedette des personnes de la communauté noire de Vaudreuil-Dorion dans le but de montrer leur apport et leur intégration à leur ville.

Elles ont été créées en remplacement de l’évènement qui a eu lieu l’année dernière, au cours duquel conférences, expositions et défilés avaient attiré une centaine de personnes.

Étant donné qu’elles ont vu le jour en peu de temps, leur créatrice est heureuse du résultat. «Au départ, on voulait simplement faire quelque chose pour montrer qu’on n’oubliait pas, affirme Nathalyrmène Rousseau. Mais j’en suis fière et j’ai eu beaucoup de bons commentaires.»

Pour elle, le Mois de l’histoire des Noirs est très important, car il met de l’avant le passé et le présent de sa culture.

«L’histoire est faite pour être connue, donc il faut qu’on la fasse connaître, soutient Mme Rousseau. C’est notre fierté et c’est une façon de reconnaitre notre participation à l’histoire du Canada et du Québec.»

Malgré le nouveau format de l’évènement, elle considère que la pandémie a des effets positifs sur la réceptivité des gens. «La COVID-19 nous a humanisés et je crois que les gens sont plus réceptifs à la différence en ce moment», indique la spécialiste en diversité culturelle.

Évolution

D’origine haïtienne, elle est arrivée à Vaudreuil-Dorion en 2007, après un passage de sept ans aux États-Unis, afin de rejoindre son frère. L’artiste a commencé à s’impliquer au niveau de l’inclusion culturelle dès l’année suivante.

Que ce soit en tant qu’organisatrice d’évènements culturels, ou lors de soirées de poésie, elle en a fait sa trame de fond.

«On a chacun une histoire qu’il faut apprendre à connaître, explique-t-elle. Son partage nous permet de grandir beaucoup.»

Elle fait remarquer que la région a beaucoup évolué en matière d’intégration dans les dernières années, notamment depuis l’explosion démographique.

«Quand je suis arrivé, c’était presque une ville-fantôme, image-t-elle. Tout se faisait à Montréal, alors que maintenant, il y a une identité propre à la région et à laquelle les immigrants peuvent s’intégrer.»
Travaillant aujourd’hui comme consultante en immigration, ses tâches ont changé avec le temps.

Sa priorité des dernières années concerne l’appartenance à la région, la deuxième étape après l’intégration, selon elle. «Il faut continuer les efforts pour garder ces personnes-là ici», avance Mme Rousseau.

Communauté

D’ailleurs, avec son évènement en février 2020, elle a voulu amener les personnes issues de l’immigration à se rassembler.

«On a réussi à mobiliser plusieurs personnes des communautés africaines et caraïbéennes, qui ne participent habituellement pas beaucoup aux activités du genre, affirme Nathalyrmène Rousseau. C’est une fierté pour moi.»

Elle compte s’impliquer encore longtemps dans la communauté pour promouvoir l’inclusion. Un de ses objectifs est de faire de la célébration du Mois de l’histoire des Noirs une tradition annuelle à Vaudreuil-Dorion.

Articles similaires