Verdun
10:06 27 août 2019

Grandir sans frontières: marier l’éducation à la technologie

Grandir sans frontières: marier l’éducation à la technologie
Photo: Gracieuseté – Grandir sans frontièresGrandir sans frontières tiendra des portes ouvertes du 3 au 14 septembre pour présenter l’ensemble de ses ateliers. Plus de 300 personnes sont déjà inscrites.

La jeunesse d’aujourd’hui grandit dans la technologie, et Grandir sans frontières, basé à Verdun, s’assure que cette éducation soit faite dans les règles de l’art.

À sa création en 2003, l’organisme recevait du matériel informatique et le remettait en bon état, avant de le redonner à la communauté. Son mandat a toutefois pris un nouveau tournant en 2015.

«On a décidé de se concentrer sur l’éducation numérique et sur l’arrondissement de Verdun, puisqu’il peut y avoir un besoin pour ce genre de services», explique la coordonnatrice de projets et de formation technique Ketty-Charlotte Tirbois. Elle ajoute que la mission principale de l’organisme est de permettre à tout le monde d’avoir accès au matériel informatique et au numérique.

De nombreux ateliers sont aujourd’hui disponibles. Grandir sans frontières offre notamment des camps de jour pour les groupes de 6-12 ans et 13-17 ans.

Leur popularité est d’ailleurs en pleine croissance. Le nombre d’inscrits est passé de 170 l’an dernier à 305 cet été, un bond de 180%.

«Il y a donc de la demande de la part des jeunes pour ce type d’ateliers», soutient la directrice générale Anaïs Michot.

Les écoles primaires et secondaires de Verdun, mais aussi d’ailleurs au Québec, font également appel aux expertises de l’organisme. Elles désirent «intégrer tout ce qui est création et enseignement numérique pour les jeunes», soutient Mme Tirbois.

Avoir bonne connaissance de ces nouveaux outils technologiques, «ça nous permet de mieux [comprendre] leur envergure», conçoit la chargée de formation et de projets en en éducation numérique, Anne Wibaux.

Variétés

À travers le logiciel d’apprentissage Scratch, les plus jeunes apprennent la logique derrière la programmation informatique. «C’est assez complet et ça passe par des jeux ludiques», indique Mme Tirbois.

Les notions du plan cartésien, de gravité et de vélocité des jeux vidéo sont explorées.

Les plus vieux, quant à eux, sont aussi introduits à cette matière, mais de façon plus accrue. Le langage informatique étudié permet de faire la modélisation 3D en créant des personnages et d’établir les notions d’espace.

Outre les écoles primaires et secondaires, Grandir sans frontières offre également des cours dans des centres de formation pour adultes, ou encore aux entreprises.

Approche

Présenter cette matière implique cependant certains défis pour les responsables des ateliers.

Anne Wibaux a coordonné un projet dans un centre d’éducation pour adultes où les élèves, âgés entre 16 et 20 ans, devaient créer des bandes-annonces portant sur des livres. Le processus requérait de la lecture, du tournage et des séances de montage.

Étant des décrocheurs, «le but était qu’ils viennent le plus souvent aux cours», même facultatifs, raconte Mme Wibaux. «Ç’a porté ses fruits», convient-elle, alors que 45 jeunes sur une soixantaine ont complété le programme.