Verdun

Des bacs bruns pour tous

Des bacs bruns pour tous
En 2018, seulement 38% des Montréalais participaient pleinement à la collecte des déchets de table. Une personne produit en moyenne 184 kg de matières organiques par année.

Le compostage sera bientôt disponible aux résidents d’immeubles de plus de huit logements. Des projets pilotes seront mis en place entre autres dans les tours à condos et les écoles de Verdun.

Le déploiement des bacs bruns se fera graduellement à partir de l’an prochain. «Il faut se poser des questions avant de lancer le projet pilote. Il faut par exemple organiser la façon de remplir les bacs dans un projet de condos. Évidemment, tout le monde n’aura pas son propre bac», précise le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau.

Présentement, les feuilles mortes sont envoyées au centre de tri de Saint-Laurent. Pour ce qui est des matières résiduelles comme les restes de table, elles sont gérées par la compagnie EBI Environnement jusqu’à l’ouverture du centre de biométhanisation de Montréal Est, prévue d’ici 2021.

Ambitieux

L’élargissement des collectes de matières résiduelles s’inscrit dans l’engagement de Montréal de devenir une agglomération zéro déchet d’ici 2030. La mairesse, Valérie Plante a d’ailleurs signé la déclaration Advancing Towards Zero Waste (avancer vers le zéro déchets) dans le cadre du C40 Cities.

Même si la Ville est encore loin d’atteindre cet objectif, elle a quand même su diminuer les quantités de matières résiduelles qu’elle génère de 8% par rapport à une croissance de 6% de la population. Depuis 2010, les matières récupérées ont augmenté de 24%.

Les huit logements et plus représentent 37% de l’ensemble des logements à Montréal.

Objectifs montréalais

  • Détourner 85 % des matières résiduelles de l’enfouissement d’ici 2030, dont 70% en 2025.
  • Réduire de 10% la quantité de déchets municipaux produits par habitant d’ici 2025 et de 20% d’ici 2030 par rapport à la situation actuelle, ce qui se traduira par une diminution de 10 kg de matières résiduelles par habitant, par année.
  • Diminuer d’au moins 50% la quantité de déchets municipaux enfouis en 2030 par rapport à 2015.
  • Augmenter d’au moins 70% le taux de détournement de l’enfouissement en 2030.