Verdun

Un ancien Buck entraîneur à l’académie de l’Impact de Montréal

Un ancien Buck entraîneur à l’académie de l’Impact de Montréal
Photo: Gracieuseté - Esteban LadanzabalLes joueurs U-19 de l’académie sont de futurs joueurs de l’équipe professionnelle de l’Impact. Si cette équipe a besoin de remplaçants, elle recrute directement dans l’académie.

Alors que plusieurs jeunes sportifs rêvent d’être athlète professionnel, Esteban Landazabal a su très jeune qu’il voulait plutôt être entraîneur de soccer. Ancien Buck de l’école Monseigneur-Richard, il est maintenant entraîneur adjoint des U-19 de l’académie de l’Impact de Montréal, dernier échelon avant l’équipe professionnelle.

Il a d’abord joué comme attaquant au secondaire. Lorsqu’il a obtenu son diplôme, on lui a offert d’être entraîneur de l’équipe juvénile pour la prochaine saison. «C’est drôle parce que j’avais à peine 18 ans et j’étais coach de mes anciens coéquipiers», se souvient M. Landazabal.

Il a guidé l’équipe du Buck pendant cinq ans. Avec cette expérience, le Verdunois a réalisé qu’il avait de la facilité à passer des messagers et pour motiver les troupes. «Quand j’étais jeune, j’avais ce rêve que plusieurs athlètes ont d’être un jour joueur professionnel, mais je me suis rendu compte que ma vocation, c’était d’être entraîneur», raconte-t-il.

La plupart des joueurs essaient de jouer le plus longtemps possible et lorsqu’ils n’y arrivent plus, ils s’intéressent alors au coaching, explique Esteban Landazabal.

«À 18 ans, je savais déjà que je ne voulais pas jouer, que je préférais être entraîneur, indique-t-il. À 26 ans, je suis le plus jeune coach à l’Impact en ce moment et je pense que ça m’a aidé d’avoir commencé aussi jeune».

Passion

Originaire de Colombie, le soccer est un peu comme une religion pour lui. «J’aime que plusieurs individus travaillent ensemble pour un même but», raconte le jeune entraîneur.

La détermination et la passion sont nécessaires selon lui pour pratiquer ce métier. «Une fois que tu es coach, la clé c’est l’écoute. Il faut comprendre les joueurs, utiliser la bonne pédagogie et instaurer une discipline», détaille-t-il.

Voilà déjà trois ans qu’Esteban Landazabal travaille pour le Onze Montréal. Il a grimpé les échelons en commençant par l’école de soccer, catégorisée plutôt comme récréative. Il a finalement joint l’équipe des U-19 il y a deux mois. Il continue également de s’occuper des jeunes joueurs de la préacadémie.

Son but est d’être entraîneur professionnel. Il a obtenu sa licence UEFA-B après les certificats de l’Association canadienne de soccer qui lui ont permis de se rendre à ce niveau. Il compte désormais obtenir la licence UEFA-Pro.