Verdun
08:00 20 novembre 2019

Artisane du verre et du textile

Artisane du verre et du textile
Photo: IDS-Verdun Hebdo - Katrine Desautels

Une artiste verrier et en art textile de Verdun, Montserrat Duran Muntadas, est finaliste pour la quatrième fois au Prix François-Houdé. Les deux pièces qu’elle présente s’intitulent Ovoïdes et Dissection rigoureuse de Fallope.

Les œuvres font partie de son projet Mes beaux enfants et autres anomalies, qui parle de la femme et de la maternité.

Cette idée est partie d’une mutation intérieure alors qu’à 13 ans, elle recevait un diagnostic de malformation qui menaçait sa fécondité et bouleversa sa féminité.

«Mes pièces sont souvent de format organique, j’aime tout ce qui est rond et qui fait penser à des parties du corps, explique-t-elle. Il y a un rappel, mais cela reste abstrait».

Intégrer la tradition

Montserrat Duran Muntadas est originaire d’Espagne.  Elle a voulu faire de la verrerie un métier après avoir vu le personnage principal dans le film Tango à trois.

«Je suis tombée en amour. J’ai dit à mon père que c’était ce que je voulais faire quand je serais grande. Je me souviens d’avoir trouvé cela magique», se rappelle-t-elle.

Arrivée au Canada il y a huit ans, elle venait y faire un stage avec le souffleur de verre Pavel Cajthaml, mais elle décida de rester.

En en recherche de nouvelles idées, elle avait en sa possession des petits morceaux de dentelles et de draps appartenant à sa grand-mère. Elle a commencé à utiliser ces tissus à l’intérieur du verre. Chaque pièce possède son propre morceau de vêtement.

Son grand-père travaillait dans une usine de tissu et sa grand-mère faisait tous les vêtements pour la famille. «C’est comme intégrer ma tradition avec ma passion», raconte-t-elle.

Jovialité

Montserrat Duran Muntadas travaille le verre de différentes façons. «Je cherche dans le verre soufflé et la pâte de verre une certaine notion de simplicité, de transparence et de fragilité. Pour ce qui est du verre au chalumeau, je vais y chercher la couleur et la jovialité», explique-t-elle.

Dans les dernières années, l’artiste a appris la technique du verre soufflé au chalumeau à partir de baguettes de verre mou. C’est une technique peu utilisée qui apporte différents effets de couleurs.

La Verdunoise fait tout ce qui est couture et broderie dans son atelier, situé au sous-sol de sa maison. Elle crée également de petites pièces de verre, dont des bijoux. Ses plus grosses créations sont fabriquées à l’atelier de l’Espace Verre, à Verdun.

Risques

Verre qui explose et brûlures font partie des risques du métier. «On dit que tu n’es pas un souffleur de verre si tu ne t’es pas brûlé, raconte-t-elle. C’est un matériel très difficile à maîtriser et cela nécessite beaucoup de pratique. Avant dix ans, tu n’es pas capable de reproduire exactement ce que tu as en tête.»

Les pièces Ovoïdes et Dissection rigoureuse de Fallope sont des pièces murales dont le vernissage aura lieu le 28 novembre à la galerie La Guilde. Les finalistes du prix François-Houdé y seront exposés jusqu’au 3 février.

Montserrat Duran Muntadas vie de son art avec vendant ses bijoux, notamment à l’Atelier Verre sur la rue Mill, et en créant des sculptures et installations artistiques.