Île-des-Sœurs
06:00 14 février 2020 | mise à jour le: 13 février 2020 à 12:39 temps de lecture: 3 minutes

Couple de femmes homosexuelles en 2020: des mères comme les autres

Couple de femmes homosexuelles en 2020: des mères comme les autres
Photo: IDS/Verdun-Hebdo - Katrine DesautelsSusan Mintzberg et Nathalie Tremblay, vivent leur amour depuis 21 ans. Leur famille compte trois enfants, dont deux adolescents.

Après de longs mois à se côtoyer au travail, Susan Mintzberg et Nathalie Tremblay vivent leur amour depuis maintenant 21 ans. Le couple de femmes homosexuelles de Verdun sont des mères. Elles ont trois enfants et ont développé une complicité unique à travers leur passe-temps, l’escalade, qu’elles pratiquent depuis le début de leur relation.

«C’est plus une passion émotive qui nous a amenés ensemble», explique Susan Mintzberg. Après quelques sorties de grimpe, elles ont décidé d’aller à Québec pour un week-end d’escalade. Finalement, la météo a déjoué leur plan et elles ont décidé de joueur aux touristes.

Susan Mintzberg savait qu’elle était lesbienne alors que Nathalie Tremblay ne s’était jamais vraiment questionnée sur le sujet. «On s’entendait tellement bien qu’il y avait quelque chose de spécial entre nous. Nathalie aussi l’a ressenti», explique Mme Mintzberg.

Après une bonne conversation, elles sont embarquées dans cette aventure qui perdure. «On n’était pas à l’âge où on se demande ‘veux-tu être ma blonde’», explique Nathalie Tremblay.

Elle avait déjà eu des amoureux, mais n’avait jamais vraiment entrepris de réflexions sur son orientation. «Ça cliquait et je me suis dit pourquoi pas», se rappelle-t-elle.

Vie «normale»

«On a une maison, une voiture, deux chiens, trois enfants. On fait des voyages, on fait le ménage et l’épicerie, comme tout le monde», décrit Susan Mintzberg.

Le couple n’a jamais reçu de remarques désobligeantes, mais est conscient que tous n’ont pas le même parcours. Plusieurs sont curieux de leur situation par contre.

«La plus grosse question c’est toujours comment vous avez fait les enfants», dit Mme Tremblay.

Leurs trois enfants, Laura, Thomas et Maya, respectivement âgés de 15, 13 et 8 ans, sont nés de deux amis. Ils sont tous trois au courant depuis longtemps et n’ont jamais eu de souci avec la situation.

«Leurs amis ont toujours su, explique Mme Mintzberg. Quand Laura est allée à l’école secondaire, je me demandais comment elle allait le vivre, parce que c’est un coming out pour les enfants aussi.»

Tout s’est très bien passé et continue de bien aller pour la famille. L’aînée raconte parfois que leurs amis la trouvent chanceuse d’avoir deux mères.

Le couple est d’avis qu’il y a eu beaucoup de progrès au Québec vis-à-vis l’acceptation des LGBTQ+. «Je crois que la lumière est maintenant sur les gens transsexuels. Ils commencent à vivre ce que les gais et lesbiennes ont vécu il y a 20 ans», soutient Susan Mintzberg.

En ce sens, les femmes croient que les transsexuelles ont besoin qu’on les écoute pour que les gens les comprennent.

Articles similaires