Un célèbre bar de La Petite-Patrie ferme ses portes

Un célèbre bar de La Petite-Patrie ferme ses portes
Photo: GracieusetéLe bar Alexandraplatz fermera ses portes cet automne.

Point de rencontre depuis 2012 pour les résidents du quartier Marconi-Alexandra, le bar Alexandraplatz tirera sa révérence cet automne.

En effet, les propriétaires de l’établissement ont annoncé sur leur site internet qu’il s’agissait de sa dernière « saison » dans l’édifice du 6731, avenue de l’Esplanade, mettant essentiellement fin à l’aventure du commerce.

« Le bâtiment changera de vocation l’an prochain et notre bail se termine cette année. Nous n’avons pas encore de plan pour déménager le bar. Nous sommes ouverts à l’idée de continuer ailleurs, mais nous n’avons pas encore trouvé d’autre lieu pour nous y installer », souligne Bernadette Houde, copropriétaire de l’Alexandraplatz.

La fermeture du débit de boisson entraîne aussi la fin des activités qui gravitaient autour  de celui-ci annuellement, telles que le Marché de nuit, dont la dernière édition se tiendra le 24 août.

Des quartiers en mutation
Mme Houde est bien au fait des récentes transformations qui s’opèrent dans le quartier, incitant certains propriétaires à vendre ou louer leurs immeubles aux entreprises en nouvelles technologies qui désirent s’y établir.

Toutefois, cette dernière n’éprouve pas de sentiments amers concernant cette situation.

« L’existence du bar a toujours comporté cet aspect éphémère. Nous savions que le propriétaire avait d’autres projets pour cet ancien garage. C’est pour cela que notre bail était saisonnier et que nous le renouvelions chaque année », explique-t-elle.

Depuis la reconversion des grands édifices aux alentours en bureaux pour des firmes en intelligence artificielle, Mme Houde allait même jusqu’à blaguer avec ses collègues qu’ils seraient bientôt envahis par les robots et qu’ils devraient songer à « vendre de l’huile à moteur », plutôt que de la bière.

Ce n’est pas la première fois que la propriétaire doit fermer les portes d’un des établissements qu’elle a lancé, car en avril 2018 celle-ci a vu un de ses premiers projets, le restaurant le Cagibi, mettre la clef sous la porte. Le loyer de son local sur le boulevard Saint-Laurent, au coin de la rue Saint-Viateur, dans le Mile-End, avait alors doublé.

« Dans ce cas-là, ce sont les propriétaires, l’agence Immobilière Shiller-Lavy, qui ont décidé d’augmenter les loyers de la plupart des commerçants sur Saint-Viateur. Maintenant, il y a plein d’espaces vacants, c’est plutôt laid. Pour ce qui est du bar Alexandraplatz, ça s’est passé de manière plus organique si on veut », insiste-t-elle.

Aujourd’hui, Mme Houde n’est plus à la tête du Cagibi, qui est devenu une coopérative située au 6596, boulevard Saint-Laurent, dans la Petite-Italie.

Cette dernière, qui s’est aussi lancé dans l’administration du célèbre dépanneur le Pick-Up il y a plus d’une décennie, ne se serait jamais attendue à voir son quartier évoluer de la sorte. « Je suis un peu triste qu’il change ainsi. Si on m’avait dit il y a six ans que l’intelligence artificielle allait transformer le coin à ce point, je ne l’aurais jamais cru. »

Mme Houde garde tout de même de bons souvenirs de ces huit ans à la tête du Alexandraplatz. « Un de plus beaux moments fut la première vente de garage que nous avons tenue en 2014 et qui fut le précurseur des Marchés de nuit. C’était exactement ce qu’on voulait créer, un événement qui a attiré la communauté, et où les familles et les enfants pouvaient venir se rencontrer. »