Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie
17:06 20 novembre 2020 | mise à jour le: 20 novembre 2020 à 20:45 temps de lecture: 3 minutes

Une murale pour représenter la diversité

Une murale pour représenter la diversité
Photo: Courtoisie/BosnyAyant commencé à peindre à l’adolescence, Bosny est actif dans le milieu depuis maintenant 14 ans.

Afin de promouvoir l’art urbain, l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel– Parc-Extension proposera une nouvelle murale sur Jean-Talon. Une œuvre créée grâce à la collaboration de deux artistes.

«L’arrondissement m’avait approché pour que je réalise une œuvre qui permettrait de représenter la diversité du quartier. Chaque murale dans l’arrondissement est toujours sur le thème de la rencontre des cultures», explique Bosny, l’un des deux artistes impliqués dans le projet.

«Il y a beaucoup de formes d’arts qui n’ont pas pu être présentés en raison de la COVID. L’art public en a bénéficié, vu que ça peut être montré en extérieur. Je crois que c’est important ces temps-ci de promouvoir la réalisation de ce type d’œuvres.» – Bosny

Pour les deux créateurs, il était néanmoins important que le thème puisse être interprété de manière ouverte, pour que le public puisse ressentir un lien avec l’œuvre.

«Myshel Sicre [l’autre artiste]  joue plus dans l’abstrait. Il voulait représenter des formes géométriques qui rentrent les unes dans les autres et se complètent. C’est une façon de jouer avec l’espace, qui montre comment les différentes cultures peuvent remplir un rôle vis-à-vis de l’autre», ajoute Bosny.

De son côté, son objectif était de pouvoir représenter des personnes de diverses nationalités de manière un peu plus abstraite.

«Je ne voulais pas que ce soit fait trop clairement. Je voulais jouer avec le sentiment de proximité des visiteurs. Plus on s’approche, et plus ça devient flou et abstrait», confie l’artiste.

Bien que la nature de son travail n’ait pas réellement changé, malgré la crise, il remarque que les interactions avec le public sont différentes.

«Quand les gens viennent nous voir à l’œuvre, on a l’impression qu’on est peut-être leur seule source d’interaction avec une autre personne dans leur journée, constate-t-il. C’est percutant comme expérience.»

D’emblée, l’artiste admet ne pas savoir pourquoi l’arrondissement de Villeray l’a sélectionné pour peindre la murale. Il avait néanmoins œuvré dans le passé pour l’organisme MU. Ce dernier supervise la réalisation de murales dans la Ville.

Bosny dispose néanmoins de nombreuses années d’expérience, alors qu’il a fait ses débuts dès l’adolescence.

«J’ai grandi en regardant des artistes plus vieux que moi peindre des murales à travers le quartier. J’allais les voir après l’école, et à travers eux, j’ai pu commencer à en peindre moi-même», résume-t-il.

La murale des artistes Bosny et Myshel Sicre est visible au coin de la 9e avenue et de la rue Jean-Talon.

Articles similaires