Dans la zone des buts

Increvables Vikings

Increvables Vikings
Photo by: Grant Halverson/Getty ImagesCHARLOTTE, NC - SEPTEMBER 25: Sam Bradford #8 of the Minnesota Vikings throws a pass against the Carolina Panthers in the 3rd quarter during the game at Bank of America Stadium on September 25, 2016 in Charlotte, North Carolina. (Photo by Grant Halverson/Getty Images)

Les Vikings du Minnesota avaient déjà été enterrés deux fois cette saison.

D’abord pendant le camp d’entraînement, quand le genou du quart-arrière Teddy Bridgewater a explosé, et ensuite après le deuxième match de la saison, quand on a appris à quel point le genou du porteur de ballon étoile Adrian Peterson avait explosé.

Mais les Vikings refusent de mourir. Ils ne sont pas des zombies du genre George Romero, qui reflètent les problèmes de l’Amérique des années 1960, mais plutôt des super-zombies sur l’acide, comme dans le remake de Dawn of the Dead (le seul bon film de Zack Snyder, en passant) ou dans
28 Days Later.

Avec une fiche de 3-0, des victoires convaincantes contre les Panthers de la Caroline et les Titans du Tennessee ainsi qu’un gain serré contre les Packers de Green Bay, les Vikings sont présentement les favoris pour décrocher le titre de la section nord de la nationale.

On peut toutefois se demander si les hommes de Mike Zimmer pourront maintenir le rythme. La défense et les unités spéciales ont marqué autant de touchés (trois) que l’attaque en trois matchs (merci à Bill Barnwell, d’ESPN, pour cette info). L’équipe a été très chanceuse de récupérer quatre des cinq ballons échappés au cours de ses trois premiers matchs. De plus, les Vikings ont récupéré le ballon après avoir causé un revirement trois fois à chacune de leurs sorties et n’ont perdu la possession qu’une fois en pareilles circonstances. Aussi efficace la formation du Minnesota puisse-t-elle être, ces statistiques risquent de régresser vers la moyenne.

Bref, les Vikings sont bons, mais il semble y avoir une bonne dose de chance dans leurs succès.

[bignumber number= »8″]Les Vikings du Minnesota ont un différentiel positif de +8 en matière de revirement, ce qui les classe au premier rang de la ligue dans cette catégorie. Ils ont repris la possession du ballon sur neuf revirements (cinq interceptions, quatre ballons échappés) et ne l’ont
perdu qu’une fois (un ballon échappé).[/bignumber]

Des fleurs à Josh McDaniels
Bill Belichick est encensé (avec raison) depuis le début de la saison pour avoir conduit les Patriots de la Nouvelle-Angleterre à une fiche de 3-0 en dépit de l’absence de Tom Brady et de Rob Gronkowski.

Le coordonnateur à l’attaque, Josh McDaniels, mérite lui aussi une bonne tape dans le dos. C’est une chose de préparer Jimmy Garoppolo pour le début de la saison quand tu sais depuis longtemps qu’il sera le partant en raison de la suspension de ton quart étoile. C’en est complètement une autre de s’assurer que Jacoby Brissett, une recrue sélectionnée en troisième ronde, soit capable de tenir son bout contre la défense supposément redoutable des Texans de Houston en seulement trois jours.

Belichick et McDaniels font de petits miracles depuis le début de la saison : rien pour faire plaisir aux (nombreux) fans de la NFL qui espéraient enfin voir les Pats s’écraser après 15 ans de domination (on coupe vers des partisans des Jets qui regardent au loin, les poings serrés).

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires