In Libro Veritas

La négligence criminelle d’Élections Canada

La négligence criminelle d’Élections Canada

En voiture, dimanche dernier, l’ami Kiwi me lance tout de go: as-tu vu la nouvelle d’Élections Canada sur les changements climatiques?

Son ton, mélange d’angoisse et d’indignation, n’annonce rien qui vaille. Faut dire que Kiwi est comme moi un «éco-anxieux», mais de commerce agréable.

-Non…

-Ben… Ils ont averti les organismes de bienfaisance pro-écolo que s’ils intervenaient dans la prochaine campagne fédérale, leur participation pourrait être considérée comme une activité partisane.

Silence dans le char. Moi qui suis actuellement tout juste en train de me retaper le joussif 1984 d’Orwell, j’ai besoin de réfléchir.

Orwell :

La liberté, c’est l’esclavage

La guerre, c’est la paix

L’ignorance, c’est la force

Élections Canada :

La catastrophe climatique, c’est le bonheur

La réalité qui dépasse le roman. La langue qui déconne davantage que la novlangue. Parce qu’au final, c’est exactement ce dont il est question. Sans compter, évidemment, la répression de la liberté d’expression, aussi pièce maîtresse de l’œuvre d’Orwell.

-Tu niaises, hein?

-Non, de répondre, presque coupable, Kiwi.

-Mais pourquoi?

-La faute à Maxime Bernier. Ils disent que puisque lui et son parti nient les changements climatiques, quiconque interviendrait à cet effet participerait conséquemment à la campagne.

Pléiade de mots d’église qui défilent dans le char. Au yabe la laïcité.

Des études confirment que les climatosceptiques bénéficient de plus grandes couvertures médiatiques que leurs opposants.

Je vérifie les infos, malheureusement véridiques, de Kiwi. OK, on vient de pogner une nouvelle coche, me dis-je. Parce qu’une chose est claire: quiconque avec un quotient intellectuel suffisant pour se commander un club sandwich au resto sait, ou devrait savoir, que la communauté scientifique est unanime: l’humanité s’en va dans le drain. Pire, les effets se font déjà sentir. Re-pire, la fenêtre d’ouverture pour une tentative ultime et désespérée de donner un coup de barre vient de se refermer de 10 à 100 fois plus vite que prévu. Re-re-pire, aucun des pays signataires de l’accord de Paris ne respecte les cibles fixées. Re-re-re-pire, le respect de celui-ci ne serait même pas suffisant pour sauver la donne.

Ça, c’est su. Ou plutôt devrait l’être. Un peu comme le fait que la Terre est ronde. Que l’homme descend du singe. Que les vaccins sont nécessaires. Que Maxime Bernier est actuellement pressenti pour un remake du Temps d’une paix afin d’y jouer le rôle de Ti-Coune (pas un rôle de composition, on l’a compris).

Et, malgré cela, Élections Canada décide de venir planter ses bâtons dans les roues de quelques organismes tentant d’allumer la conscience politico-citoyenne? Niaisez-moi donc. Surtout depuis la nouvelle de la semaine dernière, où des études confirment que les climatosceptiques bénéficient de plus grandes couvertures médiatiques que leurs opposants. Du délire pur.

Quelle sera, au final, la conséquence de cela, d’après vous? Les organismes en question, qui se verront dans l’obligation de s’inscrire auprès d’EC à titre de tiers, risqueront fort de se fermer la gueule ou, au mieux, de parler moins fort. Tout ça au moment précis où cette humanité a justement besoin de brasseurs de cabane venant embêter, pour ne pas dire autre chose, nos politiciens climato-pognent-cul. Meilleure manière d’empêcher, pensons-y, d’élever cette question au rang d’enjeu suprême, comme il le mérite.

Question, au fait: si Bernier et son parti de slomos continuent à vouloir restreindre ou interdire l’avortement, est-ce à dire qu’Élections Canada censurera également, de facto, les organismes pro-choix? Et s’ils en viennent à affirmer, et ça devrait venir, que les armes à feu n’ont rien à voir avec les tueries de masse? Que de boire du pétrole a des vertus pour la santé? Que…

Articles similaires