Opinions
09:14 17 septembre 2020 | mise à jour le: 17 septembre 2020 à 09:27 temps de lecture: 4 minutes

Système judiciaire : une occasion de se montrer digne de la confiance des femmes

Système judiciaire : une occasion de se montrer digne de la confiance des femmes

Le 21 septembre, le système judiciaire aura l’occasion de démontrer qu’il prend au sérieux les agressions subies par les femmes. En effet, Benoit Cardinal, accusé en janvier dernier d’avoir tué sa conjointe, Jaël Cantin, alors que leurs six enfants dormaient dans la maison, s’adressera à la cour pour demander d’être remis en liberté en attendant son procès. L’éventualité d’une telle libération suscite pour nous des craintes importantes pour la sécurité de ses enfants et celles des autres témoins. Rappelons que monsieur Cardinal a tenté de maquiller le meurtre en violation de domicile. Rappelons que l’enquête policière a amené la procureure aux poursuites criminelles et pénales à modifier le chef d’accusation pour une accusation plus grave de meurtre prémédité.

Octroyer une telle libération susciterait non seulement l’indignation du public, mais viendrait, à coup sûr, encore une fois miner la confiance des femmes victimes de violence envers le système judiciaire. Une confiance déjà bien faible. En effet, au cours de l’été, tout le Québec a été témoin du manque de confiance envers la justice de nombre de femmes victimes de violence. À travers cette troisième vague de dévoilements sur les réseaux sociaux, nous avons entendu des femmes violentées répéter leurs désillusions, que ce soit en regard de la prise en compte réelle des conséquences des agressions qu’elles ont subies, de la crédibilité qui leur était accordée ou de l’issue du processus judicaire souvent peu dissuasive pour leurs agresseurs. Pour elles, le jeu n’en valait pas la chandelle.

Chaque jour, dans les maisons d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, les intervenantes constatent cette méfiance, ces craintes, ces hésitations à porter plainte. Pourtant, nous sommes convaincues que le système de justice peut participer à la dénonciation publique de ces violences et aux changements de mentalité. C’est pourquoi, sans relâche, nous plaidons auprès des décideurs politiques et des acteurs judiciaires pour l’amélioration du traitement judiciaire de ces violences. Avec une volonté politique et des investissements suffisants ces changements sont possibles. D’ailleurs, les solutions sont connues et ont été amplement discutées : améliorer les dossiers d’enquête pour diminuer la pression sur les victimes; augmenter le nombre de procureur.e.s pour qu’elles puissent être mieux préparées au procès; assurer une meilleure formation des policier.e.s., des procureur.e.s et des juges pour éliminer les préjugés envers les victimes et les attitudes qui les revictimisent; généraliser la pratique de l’évaluation des risques encourues par ces victimes et mettre en place des mesures adéquates pour assurer leur sécurité; offrir un meilleur accompagnement et un meilleur soutien tout au long du processus judiciaire; en réduire les délais pour que les victimes puissent être entendues et reprendre le cours de leur vie.

Or, tous nos efforts, toutes nos participations aux consultations, comme à celle, récente, du Comité d’experts sur l’accompagnement des personnes victimes d’agressions sexuelles et de violence conjugale, ne donneront rien si les responsables de la justice n’initient pas ces changements. Et tous ces efforts pour offrir un meilleur traitement des victimes et susciter leur confiance seront réduits à néant si le système lui-même ne montre pas qu’il prend ces agressions au sérieux.

Nous enjoignons donc tous les acteurs qui interviendront dans le cadre de la procédure engagée par Benoit Cardinal à le garder en tête et à saisir cette occasion pour démontrer que la justice prend au sérieux la violence envers les femmes.

Chantal Arseneault

Présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale

Articles similaires