Perspective
18:33 8 juin 2020 | mise à jour le: 8 juin 2020 à 19:01

On n’a jamais autant parlé de climatisation des CHSLD

On n’a jamais autant parlé de climatisation des CHSLD
Photo: 123RF

La situation dans les centres d’hébergement pour aînés du Québec a presque quotidiennement fait les manchettes depuis le début de la pandémie. Alors que la situation n’est pas encore entièrement rétablie, des enjeux bien précis tels que la climatisation en CHSLD ont refait surface.

Dans les 10 dernières années, 65% de l’intérêt médiatique pour la climatisation des CHSLD a été concentrée entre 2018 et 2020, constate Influence Communication.

Il y a deux ans, une importante canicule avait provoqué des dizaines de décès dont en CHSLD, retenant l’attention des réseaux de télévision, de la radio et des journaux.

Ce phénomène s’est reproduit durant la crise du coronavirus.

Quelque 5600 reportages et articles ont été recensés sur le sujet. Les 25, 26 et 27 mai représentent 20% de la couverture médiatique des derniers 10 ans.

La crise sanitaire doit être considérée «comme un phénomène d’amplification», convient le président d’Influence Communication, Jean-François Dumas, alors que le coronavirus est responsable d’un haut pourcentage de morts dans les établissements pour aînés.

«Dans l’esprit des citoyens, l’importance d’un phénomène de société est la plupart du temps directement proportionnel à sa médiatisation, souligne l’analyste. Les gens croient, à tort, que, plus les médias parlent d’un sujet, plus c’est important. Quand on n’en parle pas, il n’y a pas d’enjeu.»

Le coronavirus est d’ailleurs omniprésent dans la couverture médiatique. En mars, Métro rapportait que 89% du contenu médiatique était relié à la COVID-19 au Québec. Le phénomène est semblable ailleurs.

«Chaque jour, les quotidiens du monde entier publient l’équivalent d’un journal qu’on pourrait remplir avec uniquement des articles sur le coronavirus, et qui serait publié sept jours sur sept pendant 37 ans», affirmait alors M. Dumas.

Ce genre d’impact médiatique n’a jamais été vu. C’est davantage que le 11 septembre 2001.

Climatisation en CHSLD

Le rapport d’influence entre les médias et les autorités ne datent pas d’hier. «Les politiciens, souvent, vont accorder plus d’attention ou se pencher sur des sujets qui sont dans l’espace public», souligne M. Dumas.

Le gouvernement du Québec a donné d’ailleurs vers la fin du mois la directive aux établissements de santé de procéder à l’installation des climatiseurs.

À Montréal, les autorités de santé publique ont lancé un blitz d’installation de climatiseurs dans les CHSLD. Les jeux d’eau ont aussi été rouverts.

Même si, dans les deux cas, des craintes persistent sur le rôle des systèmes de climatisation et de l’eau dans la propagation du coronavirus.

Il est estimé que le tiers des chambres en CHSLD du Québec serait climatisé.

«[Les reportages], je pense que ça exerce une pression. On est en pleine pandémie et il n’y a pas d’air climatisé, ça devient le comble de la situation. Ça ajoute énormément de pression sur le gouvernement», souligne André Lamoureux, chargé de cours en science politique à l’UQAM.

Pour colliger ses données, Influence Communication a créé un système de recherche avec des mots clés pour comptabiliser les articles web. Pour la radio et la télévision, le recensement a été fait à l’aide d’enregistrements et de codage.

«Le débat sur la climatisation est comme une étincelle qui a rebondi avec force dans le cadre de la crise de la COVID-19», conclut André Lamoureux.

Articles similaires