Carrières

La danse pour faire une différence

La danse pour faire une différence
Photo: Marie Rosenbluth

Pierre-Michel Jean-Louis, alias Afternoon, a eu la piqûre de la danse en 2004.

Il a rapidement délaissé les sciences informatiques et le basket pour se consacrer à sa nouvelle passion. Aujourd’hui, l’intervenant jeunesse de 33 ans s’investit dans de nombreux projets auprès de sa communauté.

Pourquoi la danse est-elle importante pour vous? 

Les danses urbaines sont souvent apprises en groupe. On se transmet expérience et expertise, on s’assure de faire avancer la communauté dans la bonne direction. J’ai décidé de donner à mon tour en enseignant et en partageant mes connaissances.

Pourquoi avoir choisi de devenir intervenant jeunesse?

J’étais souvent entouré de jeunes et j’avais une facilité à connecter avec eux. De fil en aiguille, on m’a offert d’être intervenant dans des maisons de jeunes, des centres culturels et communautaires et des écoles, notamment avec School Breaks, un programme que j’ai cofondé avec Doïna Cocco pour aider les jeunes à développer du leadership, de la créativité, et de la confiance en soi à travers la danse urbaine.

Avez-vous d’autres projets?
Avec plusieurs bénévoles, nous travaillons sur un projet de centre intergénérationnel gratuit et accessible à tous, à Montréal. KultureMTL portera sur les arts urbains issus de la culture hip-hop. J’aimerais que ça apporte une appréciation pour les arts et l’expression personnelle, mais aussi une ouverture d’esprit.

Qu’est-ce que la danse vous a apporté?
De voyager un peu partout. J’ai enseigné la danse pendant trois mois à Hong-kong et je suis allé en Europe pour partager mon expérience et participer à des compétitions. Ça m’a ouvert des portes et ça me permet de voir le monde sous un autre œil. Ça fait du bien de voir qu’on est capable d’offrir aux gens une autre perspective que ce que la vie leur apporte, de les voir se développer et de faire une différence.

Quel conseil donnez-vous aux jeunes?

De commencer quelque chose! De juste essayer. Beaucoup de jeunes pensent qu’ils n’ont pas les ressources ou les moyens d’amener un projet à terme, mais une fois qu’on y met de l’énergie, le reste apparaît. Que le projet aboutisse ou non, ils vont en ressortir avec des connaissances, une expérience et des aptitudes qu’ils pourront transférer vers autre chose.

En rafale

Le dernier livre que vous avez lu?
The Tanning of America

Le dernier voyage que vous avez fait?
New York


Trois mots pour décrire Montréal?
Incroyable, talentueuse et underground.

Une fois par mois, Métro propose, en collaboration avec le Conseil jeunesse de Montréal, des portraits de jeunes inspirants.